Crédit pas cher: comment calculer la vraie valeur de votre crédit?

Contacter Commenter Site Web Page Web

Voici une série de règles et de calculs qui vous aideront à bien comprendre et choisir votre crédit, sa vraie valeur, pour que les termes emprunter et rembourser aient un vrai sens.

 

Comment choisir le crédit le moins cher ? Pour la plupart d’entre vous, voici une question qui n’obtient, tout au plus, que des réponses incompréhensibles ou compliquées. Les banques et sociétés de crédits, les conseils et même la Loi emploient des termes abracadabrantesques.

Dans un langage pour les Nuls, voici ce qu’il faut savoir de fondamental pour choisir un crédit.

Votre bon sens vous trompe !

Vous avez tout faux !

Quand vous empruntez 100 aujourd’hui, et que vous remboursez 110 dans un an, votre bon sens vous dit que votre crédit vous coûte 10.

Eh bien ce n’est pas vrai !

Ce n’est qu’apparent. Vous avez entendu parler de l’inflation. Vous savez que quelque chose qui vaut 100 aujourd’hui, vaudra peut être 104 dans un an. Tout augmente !

Tout augmente ?

C’est encore faux ! Si la vie augmente, il y a quelque chose qui diminue: la valeur de l’argent ! Un sou d’aujourd’hui ne vaut pas un sou de demain.

Alors quelle est la valeur de l’argent ? Hé bien monsieur de la Palisse aurait pu dire:
“la valeur de l’argent c’est ce qu’on peut acheter avec, maintenant”

Dans l’exemple où “quelque chose” vaut 100 aujourd’hui et vaut 104 dans un an, on dira que l’inflation a été de 4% sur un an.

Dans ce cas si vous remboursez 110 dans un an, ce 110 ne vaut plus que 110/1,04 =105.77.

Votre crédit ne vous coûte donc pas 10, mais seulement 5.77 !

  • 10 est le coût apparent.
  • 5.77 est le coût réel, si l’inflation est de 4% sur un an.

C’est rassurant, ça coûte moins cher que prévu.

Oui certes, dans ce cas bien précis et sous cet angle seulement ! Vous allez voir comment on peut vous tourner d’autres tours, tout aussi abracadabrantesques, et d’un autre genre.

Les génies de la finances.

On parle des génies de la Finance. Mais les génies de la finance sont-ils des génies géniaux ou simplement des génies abracadabrantesques ?

En tous cas, ils devraient conserver la lucidité de toutes les illusions qui permettent à leur métier de s’enrichir sur des montages parfois discutables. Des mathématiques financières très compliquées modélisent aujourd’hui tout ceci. Elles sont à l’origine de bien mauvais usages cachés derrière cette complexité.

taux-actuariel1genie-de-la-finance

Vérifiez, faites celle ou celui qui sait, demandez simplement qu’on vous explique ce que le terme de “taux actuariel” veut dire.

Compliquez encore et demandez ce que le terme légal de “taux effectif global” ou “TEG” veut dire.

Remarquez le désarroi que vous provoquez. Recopiez ce qu’on vous en dit sur un bout de papier. Comparez. Vous verrez certains génies tout nu.

Ici, vous aller comprendre ce qu’est un “taux actuariel” et un “taux effectif global”

Pour la suite retenez que les financiers doivent gagner de l’argent le plus vite possible :

  • 1) pour ne pas perdre d’argent, par erosion “time is money”
  • 2) pour limiter les risques de non remboursement.

Et vous allez pouvoir imaginer comment ils opèrent de façon invisible.

Le “taux actuariel” c’est quoi.

Taux actuariel, quel mot bizarre !

Ne vous fiez pas à votre bon sens. Votre bon sens vous trompe parce que, comme l’a dit Einstein, tout est relatif, et rajoutons, tout peut donc prêter à illusions.

Et maintenant, faites attention à ce que ces Illusions ne puissent pas servir à vous tromper.

Démonstration par l’exemple.

Si vous empruntez 100 et que vous remboursez 110 dans un an avec une inflation à 4 %, votre crédit vous coûte 5.77, et rapporte donc 5.77 à votre prêteur.

Ces 5.77 vont lui servir à payer ses salaires, ses frais (notamment si le prêteur emprunte lui même à un autre prêteur) et ses risques (en principe quand ce n’est pas la collectivité qui les prends en charges comme en 2008 et 2009).

Si l’inflation est de 10%, 110 vaudront 110/1.10 = 100. Votre crédit ne vous coûtera rien et ne rapportera rien non plus au prêteur.

C’est pourquoi le prêteur est obligé d’estimer ce que sera l’inflation avant de vous faire des propositions.

Il aura tendance à vouloir produire une marge qui lui permettra de faire face ses obligations et à ses envies de remunération, tout en s’affichant comme le plus attractif possible.

Il “aménagera” donc, de façon plus la plus masquée possible, les dépenses et les recettes de son prêt pour faire en sorte que son vrai taux, celui à partir duquel il perdra de l’argent contre une hypothèse d’inflation, soit le plus haut possible.

Ce jeu est à son profit, et bien naturellement en votre défaveur.

Mais comment pourrait-il s’y prendre pour que vous ne puissiez rien y comprendre ? C’est simple: il joue sur les montants et les dates de toutes ses recettes. Apparement rien de change, mais c’est une illusion, un tour de passe passe.

Dans le cas simple du prêt de 100 qui nous sert de repère, l’analyse se complique singulièrement si on rembourse le crédit non pas à la fin, mais par échéances.

Supposons que le banquier vous dise, avec l’argumentaire de vous faciliter la vie bien sûr, le prêt est remboursable par trimestres constants de 27,5.

Votre bon sens vous dit, oui c’est correct, c’est le même prix, et au total je rembourse bien la même chose: 4 x 27.5 = 110.

Hé bien non ce n’est pas correct !

C’est encore une illusion. Le mode de remboursement est en votre défaveur. Le banquier se fait rembourser bien plus vite et gagne plus.

Si l’inflation est de 4% par an, soit 1% par trimestre voici ce que vous payez :

= 27.5/1.01 + 27.5/1.02 + 27.5/1.03 + 27.5/1.04
= 27.23 + 26.96 + 26.70 + 26.44
= 107.33

Le coût du crédit est 7.33 contre 5.77, soit une augmentation de +1.56 (+27%) par une simple opération affichée pour vous simplifier la vie.

Abracadabra !

  • Vous voyez un coût apparent de 10.
  • Le vrai coût est 7.33.
  • Et sans que vous le sachiez, le financier s’est mis à couvert avec plus de marge. Il sait qu’il commencerait à perde son capital à partir d’un taux d’inflation de 16.65 %, contre 10 % apparement. … d’où vient ce chiffre !?

Ce taux d’inflation, seuil à partir duquel le banquier perd l’argent, est le taux actuariel. Il est calculé par simulations successives (itérations), avec une formule dite d’actualisation de flux. Vous voyez c’est compliqué et invisible du commun des mortels.

Autrement dit le taux actuariel, c’est le taux d’actualisation des flux, pour une inflation donnée, qui aboutit à ce que les dépenses soient égales aux recettes. C’est aussi le vrai taux de votre crédit !

Mais pour calculer ce taux actuariel il faut faire des mathématiques financières et résoudre une équation polynomiale …

Vous avez aussi la possibilité de le faire avec une calculette financière, à condition de savoir très précisément ce que vous faites et ne pas vous tromper de formule magique, ce qui n’est pas à la portée de tous.

Le “taux effectif global” ou TEG c’est quoi.

Taux effectif global, de plus en plus bizarre !

Non rassurez vous, c’est maintenant plus simple. Le taux effectif global c’est le taux actuariel de toutes les recettes et de toutes les dépenses de votre crédit, y compris la totalité de tous les autes frais liés au crédit, tels les frais de dossiers, les frais d’assurances, etc.

Hé oui, vous l’avez compris, votre crédit est encore loin d’avoir révélé son vrai coût. Différentes astuces de présentation sont à la disposition du financier pour compliquer encore.

Les frais de dossiers sont une aubaine pour le prêteur. Il les prends de suite, en plus de sa marge, et augmente ainsi considérablement la rentabilité du prêt.

L’assurance, c’est encore une autre aubaine pour aménager le marketing. Il n’y a pas de prêt sans assurance, que le prêteur soit sont propre assureur ou qu’il se réassure (quand il ne demande pas à la collectivité d’éponger sa mauvaise gestion comme 2008 et 2009). Certains organismes ne s’affichent-ils pas Banque Assurance ? Mais le prêteur mettra cet élément de coté pour mieux manœuvrer encore.

Illustrons avec notre exemple.

Si par exemple notre crédit de 100 sur 1 an est assorti de frais de dossier de 2% et d’une assurance de 1% par échéance, nous avons

Enntrée d’argent

=100

Sorties d’argent pour les frais de dossier, immédiat

= 2

Sorties d’argent pour les remboursements et l’assuance, 4 fois 27.5 + 1.0 = 28.5

= 28.5/1.01 + 28.5/1.02 + 28.5/1.03 + 28.5/1.04
= 28.22 + 27.94+ 27.67 + 27.40
= 111.23

Le coût réel du crédit est maintenant de 11.23, et le taux actuariel de ce flux de recette/depenses, avec les frais de dossier et d’assurance, c’est à dire le TEG du prêt, est de 27.86% !!! Abracadabra !

Vous comprennez maintenant pourquoi le taux effectif global ou TEG est une information légale obligatoire. C’est le seul moyen pour vous de comparer les coûts réels des propositions de crédit qui vous sont faites.

Comment faire pour choisir.

pret-immobilier

Fiez vous à personne d’autre que vous.

Beaucoup de conseils en financements vivent de commissions versées par des prêteurs. Leurs conseils sont orientés par les commissions qu’ils peuvent se faire. Est-ce clair ?

Indépendamment des modalités du prêt, durée, mode de remboursement, clauses de sécurité, clauses de variabilité, etc., exigez qu’on vous garantisse le TEG affiché, ou si les modalités de remboursement sont adaptables, la fourchette dans laquelle le TEG pourra varier.

Faites vous confirmer l’assiette du calcul du TEG et prenez garde de compter tous les coûts, absolument tous les coûts, directs ou indirects, liés au crédit. Par exemple les frais de notaires d’une hypothèque exigés par le prêteur est à intégrer dans le calcul du TEG.

Aménagé de tous les aspects facilitant son remboursement, choissez le crédit que vous pourrez rembourser et qui présente de TEG le plus faible.

Le TEG est un élément fondamental et légal du crédit. Et puisqu’il est pour vous presque impossible de le calculer vous même, exigez du prêteur qu’il vous le garantisse quoi qu’il arrive.

Sachez- le, si le TEG n’est pas respecté par votre prêteur, il y a tromperie. Le contrat de prêt peut être remis en cause par un juge.

Ainsi si vous êtes Nul en mathématiques financières, vous n’ êtes maintenant plus démuni et vous êtes moins exposé par des pratiques de plus en plus discutables.

Si vous choisissez un conseil.

Le vrai conseil doit savoir :

  • prendre en compte la totalités des coûts des différentes propositions
  • contrôler les TEG de vos possibilités de crédit en les recalculant !
  • vous faire les calculs des coûts réels avec différentes hypothèses d’inflation
  • de tenir compte d’hypotèses d’évolution de change si les crédits sont en devises

Le vrai conseil doit être absolument indépendant, et ne percevoir aucune commission en provenance de tiers prêteurs ou autres.

Les abus des sociétés de crédit.

Les pratiques en ce qui concerne les crédits immobiliers peuvent être discutées, mais ce n’est rien en comparaison des pratiques concernant les crédits à la consommation !

Notre responsabilité est énorme envers les emprunteurs incapables de mesurer les conséquences de leurs choix.

A l’équivalent du handicap ou des personnes dépendantes, la Société Civile devrait prendre des mesures d’information et d’accompagnement neutres et dénoncer les abus.

A télécharger: Livret TEG de la Fédération des Banques Françaises.

A propos de l’auteur de cet article :

Jean-Luc LEMOINE
Sénior 1951
Maître Es Sciences Mathématiques Pures et Mathématiques Appliquées
Ingénieur ENSEM
Chargé d’affaires dans une Banque d’Affaires
Contrôleur de gestion, Directeur financier
Conseil en Organisation et Systèmes d’information
Inventeur, et Libre Penseur.
e-mail direct : 1@1bu1.fr

 

 

Un commentaire à “Crédit pas cher: comment calculer la vraie valeur de votre crédit?” - Cliquez-ici pour commenter.

  1. Information très intéressante sur le crédit, cela m’aide beaucoup dans mon cours d’économie.

    un étudiant.