Défibrillateur cardiaque : encore trop peu d’utilisation en France

Contacter Commenter Site Web Page Web
Chaque jour, des centaines de personnes sont victimes d'un arrêt cardiaque en France. Si les défibrillateurs étaient plus nombreux et que la population était d'avantage sensibilisée à leur utilisation, on pourrait sauver de nombreuses vies chaque année...

Le défibrillateur, appareil servant à effectuer des chocs électriques sur une personne victime d’un arrêt cardiaque, est malheureusement encore peu employé de nos jours. Pourtant, il pourrait sauver de nombreuses vies chaque année, c’est pourquoi il est important de sensibiliser la population à son utilisation.

Une espérance de vie augmentée

Il faut savoir qu’avec un défibrillateur, les victimes d’arrêt cardiaque ont 20 à 30 % de chance de survie. Sans défibrillateur, leur espérance de vie chute à 2-3 %. Chaque minute passée fait baisser les chances de survie de 10 %. Il est donc très important d’installer des défibrillateurs dans tous les lieux publics et dans les entreprises afin de pouvoir intervenir immédiatement.

Peu de lieux équipés

Malheureusement, très peu de lieux publics possèdent un défibrillateur à portée de tous et ce malgré le changement de mentalité des pouvoirs publics. De plus en plus de mairies possèdent un défibrillateur mais cela dépend de la bonne volonté du maire. Il en est de même des gares, des stades ou encore des centres commerciaux.

Il est pourtant extrêmement recommandé par l’Etat d’équiper tous les lieux où de nombreuses personnes sont susceptibles de se réunir comme les aéroports, les centres commerciaux, les stades, etc. Mais, ce défibrillateur ne doit pas être placé n’importe où : il doit se trouver dans un endroit accessible en moins de 3 minutes vers tous les coins du stade ou de l’aéroport.

La peur des témoins

Plus de 70 % des arrêts cardiaques ont lieux en présence de témoins. Mais, ceux-ci sont paniqués à l’idée de réanimer une personne car ils ont peur de faire plus de mal que de bien. Il faut donc qu’ils prennent confiance en eux mais surtout qu’ils puissent rapidement voir où se trouve le défibrillateur afin de pouvoir l’utiliser le plus tôt possible.

Ces témoins se retrouvent généralement en état de panique et ne savent plus quoi faire : ils peuvent même oublier la présence d’un défibrillateur. C’est pourquoi il est important de le placer dans un emplacement vu de tous pour qu’ils puissent vite le remarquer.

Ensuite, s’ils ne sont pas très à l’aise avec les appareils médicaux, ils peuvent douter de leur droit à utiliser cet appareil. Cependant, même sans avoir reçu des cours de secourisme, une personne peut utiliser un défibrillateur d’autant plus que celui-ci est soit semi-automatique (DSA) ou entièrement automatique (DEA). Il est là pour guider le témoin à placer correctement les électrodes mais c’est lui qui décide quand est-ce qu’il faut envoyer un choc électrique au cœur.

Enfin, la raison principale de la non-utilisation des défibrillateurs est que les témoins ne savent pas comment l’utiliser. Il serait donc judicieux d’encourager les citoyens à suivre une formation où ils apprendraient à utiliser un défibrillateur cardiaque.

C’est en agissant ensemble que nous pourrons sensibiliser de plus en plus de personnes à l’utilisation d’un défibrillateur et sauver ainsi plus de vies.

Un commentaire à “Défibrillateur cardiaque : encore trop peu d’utilisation en France” - Cliquez-ici pour commenter.

  1. Les pouvoirs publics doivent sortir une loi pour les rendre obligatoires dans les lieux publiques sites touristiques ,cinéma, ,stades ,transports