Art primitifs : exposition à Paris - Carré Rive Gauche

Contacter Commenter Site Web Page Web
Armand Auxiètre, Directeur de la galerie L'Oeil et la Main, a choisi de présenter pour cette exceptionnelle exposition consacrée à l'art LUBA une vingtaine de pièces représentatives de la statuaire et d'objets rituels de cette ethnie africaine.

Galerie l’Oeil et la Main - 30 mai 2013 - 5 janvier 2014 / Le souffleur d’olifant attribué au Maître de Buli

Contact presse contact@agalom.com / web site www.african-paris.com

Le Souffleur d’olifant

Armand Auxiètre, Directeur de la galerie L’Oeil et la Main, a choisi de présenter pour cette exceptionnelle exposition consacrée à l’art LUBA une vingtaine de pièces représentatives de la statuaire et d’objets rituels de cette ethnie africaine.
Bordant les rives de la rivière Lubu, non loin du grand lac Katanga, ce peuple fondé  à la fin du XVIème siècle par le roi Nkongolo, fut un royaume florissant avant de disparaître, démantelé par l’exploitation des colons et missionnaires belges qui investirent les mines de l’ Est de l’actuelle République Démocratique du Congo.

A l’affiche

Le souffleur d’Olifant, attribué au maître de Kateba, dit « Maître de Buli » manifeste de part sa rareté , tant par la représentation masculine que par sa facture attribuée à l’ artiste sculpteur, d’un événement pour les amateurs de l’Art africain, comme pour les collectionneurs avertis de sur la scène internationale. Franz Olbrechts a défini un corpus très restreint rattachant à cet artiste un ensemble de sculptures ayant des caractéristiques très proches de finesse et de spiritualité. Notez également , parmi d’autres sculptures importantes, la présence de maternités, dont une maternité rare, de la région Kasai, présentant un enfant cherchant à saisir le sein de sa mère. Ce type de sculpture servait au rite de la fécondité.

La place de la femme dans la société Luba

Très souvent représentée dans son rôle de mère, se tenant les seins en signe de fécondité, elle est aussi la gardienne des secrets initiatiques et de la tradition. Ce qui explique sa présence sur de nombreux objets rituels : Calebasses de sorcier,  hache, peigne.
Armand Auxiètre a choisi de présenter une suite Kabuelulu, objets magiques utilisés par les sorciers, fin XIXème et début XXème, pour lutter contre les Pères Blancs. Ces objets sont remarquables par le raffinement et la diversité des coiffures des femmes Luba.

A noter également, une hache rituelle symptomatique de l’ambiguité de la culture bantou : Femme sculptée au ventre arrondi représentant la vie, et la hache signifiant l’ avertissement du danger de mort, le «  sort »possible. Symbole royal, cet objet était porté par les prophètes Mbudye durant certaines danses. Du sang humain versé renforçait son pouvoir.

Toutes les oeuvres exposées proviennent de collections privées européennes et américaines.

******************

Olifant  whistler

Armand Auxietre, Owner and Gallery Director, at Gallery « l’Oeil et la Main », Paris 7th selected for this tremendous exhibition dedicated to LUBA ART, about twenty pieces representative od statutory and ritual objects of this African Ethny. Not far from Katanga Great Lake, this people established on the LUBU riverside, in the 19th century, flourished under King NKONGOLO reign, and disappeared after colonists and Belgium missionaries investment in the RDC( ex CONGO) east mines.

On show Masterpiece OLIFANT WHISTLER Attribuated to KATEBA Master, said « MASTER OF BULI » Franz Olbretchs defined a strict corpus concerning Kateba art, in fineness and spirituality. This very rare male representation attributed the famous sculptor, will mark a special event in international art shows, and seduce a lot of collectors and african art lovers.,Several maternities, one KASAI Maternity handing a baby trying to press her breast. This type of sculpture served to fertility rituals;
Women place in Luba society

Often representated as mothers pressing breath as sign of fertility, women are also guardians of initiatory secrets and tradition. Therefore, they are present on a lot of ritual objects: Sorcerer Calebassas, hatchets, combs.Armand Auxietre selected a « KABUELULU SUITE » used in the 19TH century to fight « white fathers »NB Ritual hatchet, Bantou Culture Pregnant woman holding a hatchet to symbolise ambiguity of lige and death danger, or spell. This royal symbol was heald by prophets MBUDUYE during ritual danses, and was often reinforced by human blood.

All works come come from european or american private collections.

Vernissage de l’exposition le Jeudi 30 Mai 2013 à partir de 18h30.
Opening on Thursday, May 30th, 2013 from 6.30 P.M
Carré Rive Gauche Exposition LUBA 41 Rue de Verneuil 30 Mai 2013