Cap sur la Méditerranée pour BioLit, le programme de science participative de Planète mer

Contacter Commenter Site Web
Le programme BioLit (Biodiversité du Littoral) se déploie cette année sur le pourtour méditerranéen. De Menton à Perpignan, il invite les promeneurs du bord de mer à recueillir des données pour un meilleur suivi de la qualité des milieux littoraux

BioLit est un programme de science participative qui consiste à suivre la faune et la flore du bord de mer, grâce à des réseaux d’observateurs volontaires.

Si BioLit permettait jusqu’à maintenant de collecter des données sur la façade ouest du pays, il devient aujourd’hui un programme réellement national en s’ouvrant aux rives de la Méditerranée.

Comment ça marche ?
Le principe est simple. BioLit propose à tous ceux qui aiment se promener sur le bord de mer, d’observer et de prendre des photos de la faune et de la flore qui les entourent.

Grâce au tout nouveau site www.biolit.fr, les observateurs volontaires viennent partager leurs prises de vue et alimenter les bases de données utiles aux gestionnaires et aux scientifiques.

Tous les curieux de nature peuvent participer, équipés d’un appareil photo ou d’un smartphone et d’un ordinateur pour envoyer les données vers l’observatoire BioLit.
Tout le monde peut contribuer à BioLit, petits et grands !

A quoi ça sert ?
BioLit a un objectif, répondre à des questions essentielles sur la biodiversité du littoral. Et comme en France les côtes offrent une grande variété, BioLit sur www.biolit.fr propose des thématiques d’observation différentes en fonction de l’endroit où se situe l’observateur.

Trois thématiques sont aujourd’hui ouvertes plus particulièrement pour l’observateur méditerranéen : « à vos observations », « les saisons de la mer » et « les nouveaux arrivants ».

Deux autres suivront vers la mi-avril : « Chlorophylle Mania » pour la végétation du littoral et « Attention, menaces » pour les pressions humaines.

« En Méditerranée, nous connaissons bien les griffes de sorcières utilisées partout pour décorer les jardins, explique Laurent Debas, Directeur Général de Planète mer. Or la griffe de sorcière est passée, en quelques années, de « nouvel arrivant » à « espèce invasive » et sa prolifération entraîne des changements significatifs dans l’écosystème d’accueil. L’idée de BioLit c’est de pouvoir détecter précocement ces changements pour anticiper et participer efficacement à la protection du milieu côtier et marin ».

Sur l’Atlantique, la thématique « Algues brunes et bigorneaux » poursuit son chemin et sera complétée par d’autres protocoles.

Qui anime ce programme ?
BioLit est un programme de Planète Mer, association créée en 2007 pour contribuer à la préservation de la vie marine et des activités humaines qui en dépendent. Planète mer a été fondé par deux passionnés de la mer : Laurent Debas, océanographe, co-scénariste du film Océan et Mathieu Mauvernay, juriste en droit de l’environnement et producteur de documentaires sur le monde marin.