Bruno Laumay : « être chef d’entreprise, c’est comme être capitaine de bateau ! »

Contacter Commenter Site Web Page Web
Technicien en électromécanique, Bruno Launay décide en 1988 de créer sa propre entreprise. Depuis, contre vents et marées, le chef d’entreprise a toujours maintenu le cap. Sa société AMIO navigue désormais sur des eaux paisibles... Rencontre.

Découvrez le parcours étonnant d’un homme ambitieux, d’un chef d’entreprise audacieux

Tout commence pour Bruno LAUNAY le 31 décembre 1988, quand il décide de quitter l’entreprise Ancenienne où il exerçait son métier d’électromécanicien depuis plus de 11 ans.? Il crée sa propre entreprise et se spécialise dans la maintenance de machines de production industrielle : un projet très audacieux pour l’époque ! Chaque entreprise possédait en effet son propre service maintenance et mettre son outil de production dans les mains d’un inconnu semblait quasiment irréaliste.

A la conquête de l’Ouest

Fort de son expérience acquise pendant ses cinq premières années en tant que travailleur indépendant, il devient vite une référence dans le milieu industriel. Il côtoie tous les métiers de la métallurgie, le BTP, l’agroalimentaire, l’aéronautique, la navale, les constructeurs d’appareils de levage, etc. Son activité devient de plus en plus prenante, il travaille pratiquement sept jours sur sept avec des journées d’une douzaine d’heures en moyenne et une zone d’activité qui s’étend sur tout l’ouest de la France.

Recruter n’est pas simple…

En 1994, tout en s’inscrivant dans la continuité, Bruno Launay décide de créer la société AMIO, Assistance Maintenance Industrielle de l’Ouest. Son épouse quitte son emploi de conductrice de bus scolaire pour le rejoindre comme salariée chargée de toute la partie administrative et financière. Il constitue autour de lui une équipe de techniciens qu’il forme en interne et se spécialise dans la maintenance et le montage d’appareils de levage et la maintenance de cabines et tunnels de peinture industrielle. Mais le chef d’entreprise se trouve confronté à un problème de formation et de compétences des techniciens recrutés. C’est la mort de la formation technique en électromécanique, les programmes de formation dans les collèges ont changé, c’est le début du cloisonnement des métiers. Vous y trouvez des électriciens, des mécaniciens, des automaticiens, des hydrauliciens etc., mais plus d’électromécaniciens ! Le métier du levage et de la manutention va cependant lui permettre de former en interne de vrais électromécaniciens. Ce mode d’organisation va lui permettre rapidement de réduire ses coûts d’interventions et d’apporter un meilleur service auprès de ses clients.

Une stratégie ambitieuse…. et risquée

En 1998, la société AMIO dépasse le stade de la maintenance et réalise sa première vente de ponts roulants neufs à la fonderie FMGC à Soudan (44) ; douze ponts roulants vont y être installés. Toujours soucieux d’offrir la meilleure solution technique à ses clients, Bruno Launay va créer son propre bureau d’études mécaniques et électriques avec Stéphane et Julien son fils en 2002. Il prend la partie commerciale en main, non pas qu’il ne s’en occupait pas avant, mais il va mettre en place une nouvelle politique commerciale. Il veut conquérir la Bretagne tout en continuant de développer les Pays de Loire.

En 2006, il renforce son partenariat avec ses fournisseurs d’appareils de levage et principalement avec la société OMIS (Italie), ce qui lui permet de remporter sa deuxième grosse commande de ponts roulants en traitant un marché d’environ 1 M€ avec la DCNS de Lorient. Par la suite, les ventes d’appareils de levage s’enchaînent jusqu’en septembre 2008, date à laquelle la crise financière s’installe. Les contrats de maintenance sont mis en sommeil, les investissements s’arrêtent et pour une année qui s’annonçait bonne, 2008 tourne à la catastrophe.?Mais Bruno Launay ne lâche rien. Alors qu’en 2009 les contrats de maintenance ne redémarrent pas, il compense ce manque d’activité par les investissements, ce qui est paradoxal dans cette période de crise, c’est cette activité qui fonctionne le mieux. La vente d’appareils de levage se trouve en bonne forme et permet à la société AMIO de renouer dès 2009 avec des résultats positifs.

Rien ne va plus ….

2010 : une nouvelle année noire se profile. Tout ce qu’il avait mis en place est à revoir. Bruno Launay décide de remettre à plat sa politique commerciale et créé un poste de technico-commercial avec Olivier qui est chargé de développer le secteur Bretagne, Julien son fils va prendre le secteur Pays de Loire. Le chef d’entreprise reste en soutien de ces deux commerciaux et du service technique, une position qui va lui permettre d’améliorer les performances de l’entreprise AMIO.

Il lui faut à tout prix limiter les pertes financières déjà devenues importantes pour cette année 2010. Pourtant pour améliorer son système de gestion, il recrute une personne à temps partiel à qui il confie la gestion financière de l’entreprise AMIO. L’inertie qu’impose un tel remaniement, va permettre de légèrement redresser la barre à partir de la fin du troisième trimestre 2010. Mais il sera trop tard ! L’exercice sera raté.

Sortir de la tempête

Ce qui est impressionnant chez Bruno Launay, c’est cette capacité à rebondir à chaque situation, avec des prises de décisions qui sont mûrement réfléchies, mais rapides. Il a coutume de se remémorer et de comparer cette époque au jour où il a essuyé une belle tempête avec son bateau au large de Noirmoutier. Dans cette mer très formée avec des creux de trois à quatre mètres, certains auraient très certainement lancé un SOS, mais lui a su adapter sa navigation pour rejoindre le port de l’île d’Yeu cinq heures après, sans dommages pour son matériel et les personnes l’accompagnant. Pour lui l’entreprise c’est la même chose, lorsqu’il y a des périodes difficiles, il faut savoir mobiliser l’ensemble des acteurs économiques de l’entreprise pour la remettre sur le bon cap. C’est ce qu’il n’a cessé de faire toute cette année 2010 et dès le début de l’année 2011, il a vraiment commencé à percevoir le bénéfice de ses différentes actions misent en place.

Rien n’est jamais acquis, il faut toujours être prêt à essuyer une nouvelle tempête et si vous avez de bonnes idées pour la contrer, il ne faut pas hésiter à les mettre en place et le plus rapidement possible, ceci dans le but d’échapper au naufrage, c’est vraiment la pire des situations pour un vrai chef d’entreprise comme Bruno Launay.

Les beaux jours reviennent …

Plus rien ne l’arrête. En 2011 Bruno Launay, ancien technicien va une nouvelle fois se remettre en question. Il décide de prendre des cours de marketing, de coaching vocal, webmaster, etc. C’est la consécration, le chiffre d’affaire de la société AMIO progresse de plus de 50% par rapport à 2010 ce qui représente un chiffre d’affaire de 2 808 k€ et un résultat net de 3.87% avec un effectif de 15 personnes au 31 décembre 2011.

Il s’est même permis de décrocher un marché de près de 900 k€ concernant la fourniture et l’installation de 15 ponts roulants dont 6 spéciaux avec la société Bénéteau premier constructeur Français de bateaux de plaisance, pour sa nouvelle usine du Poiré sur Vie en Vendée, … et ceci en plus des marchés apportés par les deux commerciaux Julien et Olivier. Les excellents résultats de 2011, vont lui permettre de rétablir, consolider ses fonds propres.

Il ne laisse rien au hasard… Il innove

Bruno Launay continue encore et encore, Il revoit personnellement son site web (http://www.amio.fr), crée un nouveau blog et met en place depuis le 15 janvier 2012 le premier et le seul réseau d’abonnés en France, concernant le levage et la manutention. Aujourd’hui, il compte plus d’une centaine d’adhérents (http://www.amiolevage.fr). Grâce à toute cette politique mise en place aujourd’hui et l’unité de l’ensemble de ses collaborateurs, la société AMIO peut envisager l’avenir avec beaucoup d’optimisme.

En 2012, la société AMIO poursuit sa navigation sur des eaux plus propices, avec à son bord un chef d’entreprise qui sait maintenir le cap ! Et un bon marin aime à partager ses expériences et conseils… Bruno Launay se tient donc à la disposition de tous ceux qui souhaitent bénéficier du regard, de l’expérience et de l’expertise d’un chef d’entreprise qui a su, malgré les tempêtes, mener son bateau à bon port !

Pour contacter Bruno LAUNAY

Email : media@amiolevage.fr

Téléphone : 06 10 49 26 22 ou 02 40 98 81 05

AMIO

167 rue Gustave Eiffel BP 60036

44151 ANCENIS Cedex, France

Participez en postant un commentaire à “Bruno Launay, un technicien en électromécanique qui n’a peur de rien ! ?” - Cliquez-ici pour commenter.

  1. Bravo pour ce communiqué de presse qui met vraiment en valeur cette PME en pleine expansion.
    Nous sentons bien là en le lisant une réelle sincérité et simplicité dans votre discours.
    Continuez comme ça nous sommes derrière vous.
    Olivier