Les thromboses veineuses plus courantes avec le patch contraceptif...

Contacter Commenter Site Web Page Web

Patch contraceptif : un facteur risque pour les thromboses veineuses ?

Depuis le lancement des pilules contraceptives vers la fin des années 60, de nombreuses légendes urbaines ont courues présentant la contraception favorite des femmes comme était facteur de nombreux cancer et maladies. L’évolution des contraceptifs a bien avancée et de nos jours, c’est a présent le patch contraceptif et l’anneau vaginale qui sont pointés du doigt…

Il s’agit d’une étude danoise menée par l’Université de Copenhague que l’on retrouve publiée dans le British Medical Journal ce mois ci. L’étude s’est basée sur plusieurs femmes prenant des contraceptifs différents, et bien que les résultats peuvent être inquiétants, ils rassurent : « on récence 10 accidents pour 10 000 femmes par année. »

Une étude danoise pose la question

Depuis 10 ans, les chercheurs danois ont donc suivi 1 626 158 danoises âgées de 15 à 49 ans pour connaître le nombre de thromboses veineuses liées à la prise de contraceptifs.

Par année, sur les 9 millions de femmes suivies ont recensé 3 434 accidents thromboemboliques veineux. On compte 2,1 accidents sur 10 000 femmes ne prenant pas de contraception hormonale. Quand au patch hormonal, c’est 9,7 pour 10.000 femmes-années et représente le plus haut risque de maladies liées à un contraceptif. Pour les femmes prenant une pilule contraceptive comme Cerazette au Minidril, c’est 4,5/10.000 femmes par année recensé. Le deuxième contraceptif présentant la plus de risque est l’anneau vaginal avec 7,8 cas pour 10.000 femmes par années.

Bien que le patch et l’anneau vaginal présentent les risques les plus élevés, ils semblent très faibles pour les femmes. Si vous êtes en bonne santé et prenez le patch contraceptif, vous avez donc 0,097% de chance de souffrir de thrombose veineuse…

Soyez donc rassurées ! Pour plus d’information sur les contraceptions féminines, consultez notre page sur HealthExpress France