Beppe Grillo : le Coluche italien?

Contacter Commenter Site Web
interprétation psychoanimiste du phénomène "Beppe Grillo" aux récentes élections itaiennes

Lors de mon arrivée en Italie vers le milieu des années ’80, l’impact avec l’humour italien fut d’abord décevant…

J’avais beaucoup de mal à apprécier la plupart des comiques de cette période. Il faut dire que mes parents d’abord et mes amis ensuite m’avaient initié à l’art de la « vanne » des grands chansonniers français tels que Fernand Raynaud, Thierry Le Luron et, surtout, Coluche. En comparaison, l’humour des comiques de la péninsule me semblait fade, leur style par trop grotesque et leur art peu brillant. Puis, avec le temps, au fur et à mesure que j’intégrait la culture populaire du pays d’acceuil, j’appris à apprécier les acteurs qui m’avaient auparavant déçu. Parmi eux, je citerai Paolo Villaggio qui inventa le personnage de Fantozzi, prototype grotesque du fonctionnaire italien des années du boom économique de l’après guerre, Renato Pozzetto, acteur milanais faisant de l’absence de mimique faciale un de ses atouts majeurs, Massimo Boldi et Cristian De Sica (fils du plus fameux metteur en scène Vittorio De Sica)…

Mais au milieu de ce nouveau scénario da la comicité à l’italienne, une voix discordante m’avait semblé s’élever au dessus du lot : celle de l’acteur gênois Beppe Grillo.

Sa comicité était particulièrement ironique et polémique à l’endroit des hommes politiques et des problèmes d’ordre social et économique touchant la nation. Grillo, de toute évidence, n’avait pas peur des mots. Tout comme Coluche, auquel il m’avait fait immédiatement penser et dont le lecteur se souviendra l’engagement politique et les vannes au vitriol dont il arrosait généreusement et sans discrimination la Droite comme la Gauche françaises. A’ l’époque, personne en Italie ne connaissait Michel Colucci, le chansonnier d’origine italienne dont les sketchs faisaient littéralement fureur dans l’héxagone. Seuls quelques mots de stupeur avaient été prononcé par les médias de l’information au sujet da sa candidature aux élections présidentielles. Mais Beppe Grillo le connaissait bien pour avoir tourné avec lui le film de Dino Risi Le fou de guerre, qui fut également le dernier film de Coluche avant sa mort prématurée survenue par accident de la route en 1986. Cette ressemblance entre Coluche et Beppe Grillo qui alors m’avait de suite frappé et qui revient à présent à la surface des médias par éffet du succès politique de ce dernier aux toutes récentes votations italiennes, trouve donc un fondement objectif. Il semble probable en effet que Grillo, côtoyant une personnalité comme Coluche alors presque inconnue du public italien, ait pu s’en inspirer jusqu’à devenir une sorte d’incarnation de son esprit. Coluche s’ètait bien présenté aux élections présidentielles, faisant trembler les hommes politiques d’alors, mais devant les fortes pressions qu’il dû subir de la part de ces derniers, il préfera renoncer en cours de route.

En revanche, Grillo semble plus déterminé en ce sens…

Les résultats électoraux que son « Movimento 5 stelle » vient d’obtenir sont plutôt significatifs. D’un point de vue plus superficiel on pourrait affirmer simplement que Grillo a copier sur Coluche ou s’en soit du moin abondamment inspiré. Mais les influences inconscientes, négatives ou positives, que tout un chacun reçoit de la part d’autres êtres, qu’ils soient humains ou autres, sont souvent beaucoup plus puissantes que nous sommes disposés à le croire. Il n’est nul besoin préalable en effet de la présence d’un conflit intime ou d’un complexe psychologique pour que l’âme, par exemple d’une personne ou même d’un lieu, s’instaure et opère en nous, même à notre insu. C’est pour cela que l’interprétation psychoanimiste[1] semble, à mon avis, davantage apte à expliquer le succès désormais bel et bien politique du comique gênois. Grillo n’a pas vraiment copié, ni s’est contenté de prendre Coluche comme modèle pour confectionner son propre style de comicité, mais a bel et bien poursuivit l’oeuvre politique de ce dernier. Cette histoire prouve bien que les esprits, même en voulant leur ôter toute valeur métaphysique, peuvent passer d’une psyché à l’autre et s’avérer determinants dans les comportements humains.
Antoine Fratini


[1] L’approche psychoanimiste nait du croisement entre la psychanalyse et l’anthropologie moderne.