ALTOSPAM et ses technologies

Contacter Commenter Site Web Page Web

Les technologies stop spam sont très nombreuses !

Elles ont comme mission de filtrer les courriels indésirables atterrissant sur le serveur de messagerie électronique des utilisateurs. Pour la solution ALTOSPAM, 15 technologies sont comprises dans son filtre plus trois antivirus.

Les technologies utilisées par ALTOSPAM

Même si ces technologies ne filtrent pas totalement les spams, elles permettent aux utilisateurs de confirmer l’authenticité des emails reçus et de renforcer la sécurité exchange de leur serveur.

La solution ALTOSPAM comprend 15 techniques d’analyses dont l’OS fingerprint, les bases collaboratives de spams, les adresses URL, l’analyse des images et des fichiers PDF, l’historique des transactions, le Greylisting, le test de Turing et le teergrubing.

Quelques explications sur les autres technologies antispam

L’analyse heuristique : c’est une technique consistant à établir des règles communes aux spams afin de les identifier facilement. Il est possible par exemple de reconnaitre un ensemble de pourriels grâce à la présence d’un mot ou d’une expression dans le corps du message. Pour la solution ALTOSPAM, le nombre de règles définies va au-delà de 2 900.

La validation du domaine émetteur : elle permettra aux utilisateurs de confirmer l’existence de champs MX dans la zone DNS de l’expéditeur. Les faux noms de domaine seront tout de suite éliminés.

Les listes noires : elles recenseront la liste des serveurs qui peuvent réceptionner, envoyer ou retransmettre les spams des pirates. Ceux qui servent également de relais ouvert y figureront.

L’enregistrement DNS inversé : cette méthode permet d’associer une adresse IP à un nom de domaine ou un serveur. En cas d’échec, le courrier électronique sera automatiquement refusé.

Les filtres Bayésiens : les courriels seront analysés par les filtres suivant deux bases : celle des emails légitimes et celle des spams. Après, un ratio global déterminera si le message est un pourriel ou pas.

La liste blanche : elle recense la liste des serveurs dont l’adresse IP, le nom de domaine et le serveur sont fiables et certifiés.

Le SPF et le DKIM : ces technologies servent à authentifier un courriel et à crédibiliser l’expéditeur.