Rejoignez le mouvement de La Danse Immobile de Clémentine Célarié

Contacter Commenter Site Web
Conte amoureux sur les corps immobiles, dont les esprits dansent à l'infini.

Spectacle

Le théâtre Rutebeuf de Clichy-la-Garenne propose La Danse Immobile, spectacle créé par Clémentine Célarié en soutien avec ami comédien Thierry Monfray, atteint de sclérose latérale amyotrophique (SLA), une maladie neuro-dégénérative qui touche le système nerveux et paralyse l’ensemble des muscles volontaires.

Le titre La Danse Immobile semble apparemment antinomique, et pourtant il ne s’agitpas deux idées opposables.
Bien au contraire, Clémentine Célarié a réussi à créer des liens, une unité entre les danseurs, une « rencontre entre les corps marchants et les corps roulants » et rapidement nous comprenons à quel point ces corps, que nous croyons immobiles, sont en constant mouvement.

Deux des comédiens, atteints de SLA, ne peuvent plus bouger, mais ils dansent.

Les corps dialoguent avec finesse, s’attirent et se repoussent dans une mise en scène pleine de sens et de poésie.

Car La Danse Immobile ne témoigne pas de la maladie, elle l’intègre dans un processus créatif, elle est une contrainte qui s’avère être une source de forte créativité.
Nous partageons les moments d’incroyable bien-être de ces comédiens danseurs, « marchants » ou en fauteuil,et en apprenons un peu plus sur nos propres corps et notre mobilité apparente.

Ceux qui l’ont vu se souviendront certainement de Thierry Monfray dans la pièce de Jean-Luc Lagarce J’étais dans ma maison et j’attendais que la pluie vienne, où, il y a vingt ans, Thierry Monfray incarnait le rôle d’un jeune homme revenu, épuisé de ses guerres et de ses combats, dans sa maison natale, pour s’y allonger et attendre…
Aujourd’hui avec Clémentine Célarié, Thierry Monfray n’attend pas et lutte contre sa terrible maladie, en « repousse les murs »grâce à la scène et nous livre un combat qui se sublime en une expression artistique magnifique et qui, paradoxalement, nous rend heureux.