La crémation devient écologique

Contacter Commenter Site Web Page Web
Dans sa soif d’innovation, l’homme développe des idées pour soulager la planète. Quelques soit le domaine d’activité, les gestes écologiques se multiplient. Alors pourquoi pas les crématoriums ?

Tour d’horizon de la crémation

Famille éloignée, baisse des croyants, places rares en cimetière orientent les français vers l’incinération. L’incinération pour les obsèques a été choisi par 30 % des français l’année dernière contre 1 % dans les années 1970. Plus d’un français sur deux veut être incinéré au sein d’un des 167 crématoriums du territoire.

Le droit de bruler le corps d’une personne décédée a été reconnu en 1899 en France. L’Eglise Catholique a levé son interdiction en 1963 devant l’augmentation de cette pratique. Une loi est ensuite créée pour encadrer la crémation.

On constate une demande de crémation plus importante dans les milieux urbains, l’est de la France et dans les cultures protestantes. A Paris, 45 % des obsèques se font par crémation. Un taux qui monte à 90 % à Londres et descend à 13 % en Italie.

La crémation : un succès

Selon le Crédoc, la hausse des inhumations est le résultat d’une chute des croyants  et la faible présence de la religion dans notre quotidien. De plus, les français ne veulent pas être une charge pour leurs proches une fois décédés. Ils accordent plus d’importance à la cérémonie funéraire qu’ils souhaitent chaleureuse et intime pour faciliter le deuil des proches. L’incinération est aussi un gain de temps avec une heure et demi de moins qu’une inhumation.

La crémation est moins coûteuse que l’inhumation mais les tarifs peuvent être très différents d’un prestataire à l’autre. Faites bien attention aux formules et frais cachés.

L’incinération écologique

Notre planète est en mauvaise santé et aujourd’hui, même décédé, nous pouvons l’aider. L’incinération est 1,5 fois moins polluante que l’inhumation et est moins dangereuse pour la santé. Les crématoriums restent tout de même énergivores. Pour palier à ce problème, les crématoriums devront investir 1 million d’euros dans un système de filtration pour être en accord avec une loi qui verra le jour en 2018.

Plusieurs mesures suivront jusqu’à transformer l’énergie générée par les crématoriums pour chauffer des bâtiments. Cette pratique existe déjà au cimetière du Père Lachaise à Paris ou au Danemark. Ainsi, plus de perte d’énergie.

Pour la santé de notre terre, voyez écologie lors de vos funérailles. Prévoyez vos dépenses obsèques maintenant en souscrivant à une garantie obsèques ou une assurance décès grâce au comparateur convention obsèques et assurance décès.