Bouilleurs de France 1er prix du concours "Innover pour gagner"

Contacter Commenter Site Web Page Web

Production et activité du bâtiment « Le chauffage au bois intelligent »

Patrick Roux a conçu un nouveau type d’échangeur thermique monté sur un poêle ou insert afin d’en récupérer la chaleur des fumées habituellement perdue.

Rencontre :

Dans la rue du Capitaine Faisandier à Bergerac, toutes les maisons se ressemblent. Pourtant, au numéro 20, la plaque « Bouilleurs de France » suscite bien des curiosités. L’entrée se fait par le garage, transformé en show room, qui donne accès au bureau. Car le propriétaire des lieux, Patrick Roux est aussi le créateur de la toute nouvelle entreprise « Bouilleurs de France ». Derrière ce nom énigmatique se cache une activité insolite : la production d’échangeurs thermiques qui permet d’utiliser la chaleur perdu des fumées de cheminée pour se chauffer (chauffage central ou production d’eau chaude sanitaire). Une innovation économique et écologique ! Et comme toutes les inventions, son histoire est liée à une expérimentation. Patrick Roux, 55 ans, qui se définit comme « technicien autodidacte », s’est installé il y a 5 ans en Dordogne. Chauffé entièrement au fuel, il remplit sa cuve de 3000 litres pour l’hiver 2009/2010, et se rend compte qu’il en a consommé 2500 dans la même année. « Equipé d’une cheminée, j’ai imaginé des tas de solutions pour récupérer la chaleur, en construisant d’abord un insert, puis en installant un récupérateur de chaleur à eau… Le système de serpentin n’étant pas assez efficace, j’ai imaginé un système de compartiments. Puis j’ai mis mon idée à exécution avec l’aide de mon ami soudeur, Michel Garel », explique l’inventeur. L’échangeur thermique ainsi créé lui permet d’économiser 1500 litres de fuel durant l’hiver suivant.

Des économies de 40 à 70%

Aujourd’hui il ne se chauffe qu’au bois, sauf quand il part en vacances. « Ainsi, en deux ans, le coût de l’échangeur, de 1000 euros, est amorti. Une vraie bonne idée en temps de crise ! », s’enthousiasme Patrick Roux. Le brevet déposé, il créé l’entreprise individuelle Bouilleurs de France le 16 janvier dernier, ouvre son site internet, achète des noms de domaines et développe sa gamme selon les demandes, parfois surprenantes des clients. En région parisienne, c’était pour chauffer un sauna. A Nantes une pizzeria est intéressée. A Niort, les entreprises Brunet testent le procédé dans une boulangerie qui utilise un four à pain… En tout, une trentaine de personnes ont déjà fait l’acquisition d’un modèle C215 ou C215 max (pour conduit de 200 à 250 mm), ou plus récemment, du C150 ou C75 (pour conduit de 125 à 180 mm). « Les retours d’expériences sont tous positifs », se félicite Patrick Roux. « Les clients se disent pleinement satisfait ». Et pour cause, d’une utilisation simple : techniquement ça se branche comme un radiateur, l’appareil permet de faire une économie de chauffage de 40 à 70 % si l’on passe du « tout fuel ou gaz » au « tout bois ». Pour l’instant, la production se trouve en phase de développement. « Nos fournisseurs sont locaux, bien identifiés. En cinq jours, nous sommes en capacité de produire six bouilleurs avec un seul soudeur » Une production qui pourrait bien décoller et induire des embauches après le concours « Innover pour gagner ».

BOUILLEURS DE France

Patrick ROUX 20 rue du Capitaine Faisandier à BERGERAC 05.53.57.01.47
www.bouilleur.frcontact@bouilleur.fr
Bouilleurs France chauffage bois intelligent