Abus de pouvoir à l’éducation nationale : Maxime, 8 ans, enfant en situation de handicap détruit par l’inhumanité

Contacter Commenter

Maxime 8 ans est un enfant en situation de handicap, il est scolarisé à l’école BRIAND, 7 bld Eugène Duthoit à Lille.

Maxime présente des troubles cognitifs et du comportements et doit être accompagné par une Auxiliaire de vie scolaire 12 heures par semaine conformément à ce qu’a décidé la Maison Départementale des Personnes Handicapés. Maxime était accompagné, l’an dernier par une AVS (Marie-Bernadette) qui a dénoncé les pratiques honteuses du Directeur d’école et de son institutrice de CE1, en effet de manière illégale et cachée, les heures de notre fils étaient subtilisées et d’autres enfants de l’école sans notification médicale en bénéficiaient.

Ainsi les droits de notre fils ont été violés par l’école durant des mois sans que nous en sachions rien et Maxime privait de ses droits n’a pas pu bénéficier à l’égalité des chances. Pour le comble, pour avoir dénoncé cette situation dont a été victime notre fils, son AVS a fait l’objet de pression, d’harcèlement, d’évictions en pleine de classe de la part du Directeur d’école et de l’Institutrice, (l’AVS a été sorti en pleine classe sous les yeux de Maxime où le Directeur a demandé à l’institutrice de fermer la porte à clé pour l’empêcher de réintégrer son poste!!!) toujours dans l’illégalité, nous avions dû intervenir auprès du Rectorat pour que Marie-Bernadette puisse continuer de remplir sa mission d’AVS auprès de Maxime, nous obtenions même un accord écrit du Directeur de Cabinet confirmant la poursuite pédagogique pour cette année avec celle-ci. Quant à Maxime, il était puni de récréation, devait copier le règlement parce que sa mère se rebellait!!!

Aussi, dès Septembre Marie-Bernadette nous annonçait que son contrat n’était pas renouvelée, nous prenions attache auprès du Lycée Gaston Berger de Lille (son employeur) qui nous annonçait que Le Directeur d’école ne voulait plus de Marie-Bernadette dans son école, aussi devant nos arguments, Le Lycée Gaston Berger signait une nouvelle convention avec Marie-Bernadette pour qu’elle retourne avec Maxime qui manifestait des troubles anxieux suite aux agissements de l’école en fin d’année. Dès que le Directeur d’école a eu écho de son retour, j’ai été reçu par l’inspectrice en charge des AVS qui me demandait de changer mon fils d’école pour que Marie-Bernadette puisse revenir parce que le Directeur et l’institutrice avaient quelques rancœurs!!!!

Devant mon refus (Maxime a des amis), elle a dit à Maxime que Marie-Bernadette arrivait dans quelques jours, alors qu’il se préparé un tout autre scénario!!nous avons été convoqué le 23.09.2014 où l’on a présenté à Maxime une nouvelle AVS, l’enfant très choqué par cette nouvelle et craintif du Directeur a cumulé les arrêts scolaires, son état de santé s’est dégradé. Nous recevions en parallèle un courrier de l’Education Nationale invoquant des motifs farfelus pour justifier le non retour de Marie-Bernadette (comportement inacceptable = a fait valoir les droits de l’enfant et a empêcher le Directeur de continuer ses petites magouilles!!!).

Nous avons engagé avec notre avocate (Me KADOUCI Nora) un premier référé-liberté visant à faire réintégrer Marie-Bernadette pour que Maxime puisse réinvestir l’école dans les meilleures conditions possibles et le plus vite possible puisque l’Education Nationale est restée sourde aux demandes de l’enfant qui réclamait son AVS, le juge a rejeté notre demande puisque l’école s’est dépêchée à remplacer Marie-Bernadette mais personne n’a tenu compte de l’état psychologique de l’enfant alors que les médecins parlaient de risque de phobie scolaire. C’est dans ces conditions, que nous étions contraint de remettre Maxime à l’école, après 1 mois d’arrêt, avec une AVS qui n’était pas la sienne, et le retour de Maxime à l’école n’ a pas été des plus chaleureux!!! Pour continuer de réclamer Marie-Bernadette, Maxime a été placé sur une table dite d’isolé à l’écart du groupe classe où il doit faire “ses preuves”, le Directeur d’école lui a même dit de ne rien tenter pour faire revenir Marie-Bernadette car il serait puni, sa nouvelle AVS n’intervient quasiment pas pour lui mais pour d’autres enfants de la classe, Maxime a fait trois jours d’école et s’est retrouvé aux urgences car il fait désormais des malaises dès qu’il sait qu’il doit aller à l’école parce qu’il veut que Marie-Bernadette revienne avec lui.

Nous avons imploré le Directeur de ranger ses rancœurs dans l’intérêt de Maxime et de remettre Marie-Bernadette qui a une convention signée l’affectant dans cette école, rien, aucune compassion, au contraire il prend un malin plaisir à nous regarder souffrir, nous sa famille, allant même jusqu’à nous adresser des courriers d’intimidation, où signalant à l’Administration “les absences injustifiées de Maxime” en nous rappelant la loi quant à l’assiduité scolaire et évoquant même des poursuites au Tribunal Correctionnel pour manquement à l’autorité parentale, autorisant même la distributions et l’affichage publique de tract visant à nuire à notre famille et tous cela en toute impunité!!!

Nous avons engagé un second référé liberté compte tenu de tous ces éléments nouveaux et surtout compte tenu de l’état de santé de l’enfant ce second référé a été rejeté ????

Les décisions du Tribunal Administratif sont surprenantes et injuste pour Maxime!!!
Les pratiques de l’Education Nationale sont scandaleuses et répugnantes, il est clair que tout est fait pour que l’affaire de Maxime soit étouffée et passe inaperçue!!!

Aussi se taire c’est condamner les AVS au silence et condamner les droits de nos enfants en situation de handicap, pour cela nous sollicitons votre aide pour que soit dénoncer la situation de notre fils si rien n’est fait d’autres familles seront victimes de ce système d’injustice qu’est l’ADMINISTRATION!!!!

POUR NOTRE PART NOUS ALLONS AU CONSEIL D’ETAT ET ESPERONS QUE MAXIME POURRA RAPIDEMENT REPRENDRE L’ECOLE AVEC MARIE-BERNADETTE.
MME FOBERT. Tél :06.79.21.61.92