Hamlets’Mill de Giorgio de Santillana et Hertha von Deschend

Contacter Commenter Site Web Page Web
L’ouvrage intitulé Hamlets’Mill de Giorgio de Santillana et Hertha von Deschend est le premier ouvrage scentifique de l'ère moderne (née ici au début du XXe siècle) à traiter de la religion sabéenne de nos ancêtres de l'Antiquité

L’ouvrage intitulé Hamlets’Mill de Giorgio de Santillana et Hertha von Deschend.

Dans les années 1960, deux professeurs de renom (Giorgio de Santillana et Hertha von Deschend) ont écrit en anglais un livre intitulé Hamlets’Mill (en français « Le Moulin d’Hamlet ») dont la vocation est de montrer  que nombre de textes anciens de l’Antiquité se référaient aux astres, ce qui revient à dire que la religion de nos ancêtres était, à tel moment de l’Antiquité, le sabéisme.

Et l’on peut montrer que toutes les religions de cette époque se référaient à des astres qui, au départ, étaient des luminaires allumés dans les cieux par les dieux.

Et si les dieux se distinguaient, au début, des astres eux-mêmes, cette distinction s’effacera par la suite ; avec ce résultat que les astres seront perçus eux-mêmes comme des dieux. Enfin pas exactement, puisque, dans le même temps, la religion des hommes va tendre vers le monothéisme, ce qui signifie qu’un seul dieu va régner dans l’univers religieux conçu par eux.

Et si, dans le sabéisme de ces hommes-là…

…la Divinité Unique se référait elle aussi au monde des astres, celle-ci va dépouiller son côté sabéen quand des hommes tels qu’Abraham, Zoroastre ou Mahomet, représenteront sur terre ce Dieu Unique et sans forme, à la fois Créateur des cieux et de la terre, dont parlent la Bible et le Coran.

Quant aux astres eux-mêmes, sous la houlette des Grecs de l’Antiquité, ils vont se dépouiller de leur nature divine pour devenir de simples objets d’analyse dans le cadre d’une science nouvelle du nom d’astronomie.

A ceci près que l’ancienne religion des astres ne va pas disparaître complètement puisqu’il faudra attendre, pour cela, la fin du premier siècle de l’ère chrétienne.

Et parce que Jésus fut lui aussi l’inspirateur d’une religion nouvelle appelée Christianisme, on peut montrer, par une étude serrée des textes, que les Evangiles étaient eux aussi, à un deuxième niveau de lecture, des Livres Sabéens, ou, ce qui revient au même, des Livres dont les acteurs étaient des figures astrales au lieu d’être simplement des êtres humains en chair et en os.

****

Le lecteur intéressé par ces questions, trouvera au volume II de l’ouvrage que j’ai intitulé « Quand les dieux et les hommes étaient des planètes, des étoiles ou des constellations », tout un développement à ce sujet, lequel montre également comment naquit le Christianisme, non seulement au sens classique du terme, mais également en son sens sabéen.

Ce qui revient à dire que les religions païennes qui à la fois précédèrent et entourèrent la religion chrétienne, étaient elles aussi des religions sabéennes.

Cet ouvrage, que l’on peut se procurer sous le site http://lesdieux.comeze.com, s’inspire à la fois du livre susmentionné de Giorgio de Santillana et Hertha von Deschend, ainsi que des œuvres d’un certain Charles François Dupuis, premier auteur des temps modernes à avoir démontré (ou tâché de le faire) que la religion de nos ancêtres de l’Antiquité était, sous le couvert du naturalisme qui la caractérisait, un culte rendu aux astres.

Claude Gétaz