Coach sportif à Bordeaux : une préparation à l’activité militaire

Contacter Commenter Site Web

Le Parc bordelais à la mode militaire Kris, coach forme dans la Cub, prépare à l’activité militaire grâce à des entraînements musclés dans les parcs bordelais.

Ancien athlète de haut niveau sur 400 mètres,Kris a fait de sa passion son métier. Coach sportif à son compte sur la Communauté urbaine de Bordeaux depuis deux ans, il a lancé l’activité boot-camp il y a un an. «J’ai effectué mon service militaire à la Base aérienne 106 de Mérignac.

Les tests physiques, les marches forcées, les ateliers dans la boue, je connais», sourit-il.Chaque dimanche, de 10h10 à 11h40, les classes de bootcamps de Kris se déroulent au Parc bordelais, au milieu des arbres, de la mare aux canards,de la pelouse bien entretenue.S

ix personnes minimum, 25 au maximum, pour pouvoir gérer le groupe. Une fois, Kris atesté le boot-camp sur la plage:«C’est beaucoup plus difficile! Onfait travailler les muscles d’unemanière différente, on s’enfoncedans le sable, les appuis sont fuyants…»

Le coach sportif met ducoeur à l’ouvrage et prend particulièrementsoin de la santéphysique de ses élèves: «Lecardio est indispensable pour ces séances, c’est la base.

Nous avons tous des capacités différentes et connaître son rythme cardiaque, c’est important pour ne pas aller plus loin que ses propres limites.» Bip-bip-bip! Dès que le cardio se met à crier, on récupère, on souffle, on se repose. Puis on repart, tranquillement mais sûrement.

Pour ses séances de bootcamp, pas d’échelle de corde ou de sauts dans les flaques boueuse. Kris manie avec élégance le medecine-ball, ce ballon à poignées qui pèse de 3 à 5 kg, pour renforcer les muscles en profondeur.

«En une heure et demie, si on pratique régulièrement, on dépense des Kilocalories à fond», explique le coach. Endurance, renforcement musculaire, exercices au sol: les activités sont difficiles au niveau physique, mais c’est le mental qui prime. «Si on a peur d’avoir mal, ce n’est même pas la peine d’essayer», dit Kris. Le but que recherche ce coach, tout comme Emmanuelle, c’est bien la cohésion de groupe et le dépassement de soi:

«Les gens viennent au bootcamp pour s’amuser, pas pour forcer comme des bêtes.» À raison de 10€ la séance, on aurait tort de s’en priver…

Margaux LE BRIS