Le secret de la vie : interrogations et réflexions

Contacter Commenter Site Web Page Web
On sait que tous les mammifères supérieurs ont une durée de vie normale, entre la naissance et la mort naturelle, approximativement égale à sept fois la durée de la croissance de l’organisme, sauf l’homme qui, à l’heure actuelle, atteint rarement 100 ans, c’est-à-dire cinq fois son temps de croissance. Pourquoi ?

Réflexion à propos de la longévité des êtres vivants…

D’abord, ce fut Desmond Morris, avec Le Singe nu, le livre à mon avis le plus important après la Bible, qui expliquait entre autres choses tout aussi passionnantes qu’un chimpanzé détenu dans un zoo peut développer tout un tas de maladies que jamais il n’aurait connu dans son espace naturel. Les chimpanzés emprisonnés développent souvent, par exemple, des ulcères à l’estomac, maladies inconnues en brousse ! Stress, maladie psychosomatique ? Comment ne pas faire le rapprochement avec les humains qui, eux aussi, « enfermés » en ville peuvent développer des maladies que ne connaissent pas leurs cousins ruraux ? Problèmes d’environnement, seulement ?…

Puis il y eu Lavoisier avec son célèbre : « L’Homme ne meurt pas, il se tue » qui tente de nous rappeler notre responsabilité personnelle dans notre santé. Peut-être que H1N1 est une horrible bébête qui peut me tomber dessus à n’importe quel moment, mais peut-être aussi que si je prends soin de mon corps et de ma santé, H1N1 ne pourra rien contre moi ou que même s’il parvient à me donner la fièvre, j’aurai suffisamment de défenses naturelles à lui opposer.

Comment trouver le juste milieu, là où se trouve la Sagesse ?

Tout cela me revenait en tête au moment où je refermais le livre de Marcel Violet que l’on m’a offert récemment : L’énergie cosmique au service de la santé ou Le secret des patriarches.

Marcel Violet y fait part de ce qu’il croit avoir découvert une quatrième catégorie d’ondes, les ondes biologiques, qui seraient la source de la longévité de certains êtres vivants… D’où le sous-titre de son livre : Le secret des patriarches.

Il est évident que si l’on pouvait identifier et canaliser ces phénomènes, on disposerait d’un moyen d’agir directement sur la vie. C’est en tous cas l’intuition de Marcel Violet qui a passé de nombreuses années à mettre en évidence ces effets biologiques dans l’élément que l’on retrouve en proportions importantes dans tous les corps vivants, animaux et végétaux : L’eau.

De troublantes expériences

Il mène ainsi de nombreuses expérimentations : « A l’époque où je recherchais, pour mes travaux, une eau chimiquement pure, j’ai fabriqué plusieurs litres d’eau synthétique en condensant dans un serpentin refroidi les gaz de combustions d’une flamme d’hydrogène.

Ayant mis dans un récipient environ un litre de cette eau, j’y déposais un têtard de grenouille, tout frétillant. L’animal s’immobilisa presque instantanément, membres tendus : Il était mort ! Je fis barboter de l’air dans cette eau pour l’aérer, puis j’y mis un second têtard. Le résultat fut le même.

J’enfermais alors cette eau synthétique aérée dans un ballon de verre, le scellais au chalumeau puis déposais le ballon sur mon balcon. C’était l’été. Un mois après, je repris le ballon, brisais la pointe et le vidais dans un cristallisoir. Dans cette eau, je mis à nouveau des têtards… Ceux-ci, loin de s’immobiliser comme leurs congénères, un mois plus tôt, frétillèrent et prospérèrent.

Cette « eau de mort » était, après exposition au soleil, devenue une eau « vitale ».

La preuve semblait faite : Une eau ordinaire, soumise aux radiations dans lesquelles le globe terrestre est baigné, s’imprègne de ces radiations. Elle devient vitale et entretient la vie !

Pourtant, elle reste, chimiquement, toujours identique à elle-même !

Suivent nombre d’autres essais et expérimentations sur l’animal, le végétal et l’être humain qui toutes mettent en évidence, après absorption de cette eau vitale, une meilleure croissance, une plus grande longévité et une absence totale de maladies…

En savoir plus

L’article complet est à lire sur mon blog : Svelte-Attitude.com

J’y offre également le livre de Marcel Violet à ceux qui veulent approfondir

Jean-Claude Gouigoux