L’acide linoléique conjugué pour brûler les graisses

Contacter Commenter Site Web Page Web

Pour brûler efficacement les graisses, des aliments naturels peuvent contenir de l’acide linoléique conjugué.

Il y a par exemple les viandes et les produits laitiers qui sont riches en la substance. Par ses caractéristiques, elle agit sur l’organisme en éliminant les graisses.

Caractéristiques de l’acide linoléique conjugué

L’acide linoléique conjugué est un dérivé de l’acide gras essentiel, de la même famille que les oméga-6. Ce qui le différencie des autres, c’est qu’il peut contenir des bactéries dans le rumen des ruminants. C’est la raison de leur présence dans les produits laitiers et dans la viande.

Mais il y a aussi ceux qui viennent des laboratoires et globalement de la transformation de l’huile de carhame, de soya ou de tournesol.

Selon des études scientifiques, une dose de 3,2 g peut entraîner une baisse de 1 kg de la masse grasse en dix semaines.

Les débuts de l’utilisation du produit brûleur de graisse sont apparus en 1990. Ce fut en médecine vétérinaire qu’il a été jugé apte à améliorer le rapport entre la masse musculaire et la masse grasse.

Les scientifiques se sont rendu compte alors que les effets pourront être les même sur l’homme et les graisses perdues sont transformées par la suite en muscles.

Outre ces vertus en tant que brûleur de graisse puissant, l’acide linoléique conjugué peut aussi être utilisé pour traiter le diabète en normalisant le métabolisme du glucose et l’augmentation de la résistance à l’insuline.

Les limites de l’acide linoléique conjugué

Le fait de remplacer le gras par des muscles permet de déduire l’efficacité de l’acide linoléique conjugué.

Toutefois, selon des études et recherches cliniques, le recours à ce brûle-graisse peut entraîner des impacts nocifs sur le cœur.

D’après les expériences faites sur des individus qui ont consommé le brûleur de graisse, une augmentation du taux de mauvais cholestérol dans le sang et une hausse du taux de lipoprotéine A ont été constatées.

Pourtant, cette dernière substance peut entraîner la thrombose et l’athérosclérose.