Là où la terre et le ciel se touchent

Contacter Commenter Site Web
Pour la première fois, l'association Pour La Peinture présente un ensemble d’œuvres de 3 jeunes artistes, à l'Espace Saint Rémi : Maryse Paloma, Delphine Delas, Eduardo Infante. 25 juin-2 juillet.
    Exposition
    Là où
    la terre et le ciel
    se touchent,
    le paysage.
    25 juin-2 juillet 2016

Espace Saint Rémi, Bordeaux
Entrée libre de 11 h à 19 h

Le titre de cette exposition est inspiré d’un livre du paysagiste français Michel Corajoud (décédé en octobre 2014).
Elle s’articule autour de l’œuvre de trois artistes peintres, qui, à travers leur travail respectif, réfléchissent sur les sujets du paysage et de la nature.
En partant du livre de Corajoud, l’exposition essaye donc de s’interroger sur le paysage comme sujet et comme objet pictural contemporain.
La peinture de paysage est un des grands genres de l’histoire de l’art. A chaque époque son paysage (réel, symbolique…), à chaque époque sa peinture.
De quel paysage parle-t-on aujourd’hui ? Quelle est la place de la peinture parmi les différentes formes d’expressions contemporaines ?
Comme le souligne Corajoud, « dans la chair même du paysage s’impriment et perdurent tous les stigmates du passé. Le paysage est une mémoire et nous pouvons l’interroger ».
Ainsi face à un paysage, le regard parcourt à la fois un espace et une durée. Dans une seule énonciation, le paysage conjugue donc deux sortes de parcours, celui de la
morphologie dynamique de l’espace, l’objet-paysage en somme, avec son histoire, et celui de son expérience sensible.
Ainsi, expérience et existence se rencontrent pour signifier ensemble, au présent.
Cette expérience du paysage fait écho à celle du spectateur face à la peinture.
En effet, la peinture d’aujourd’hui offre, dans notre monde d’écrans, de réseaux et de sollicitations diverses, un temps d’arrêt et de projection singuliers.
C’est cet aspect de l’art que nous souhaitons questionner à travers ce choix d’oeuvres.
Pour développer cette réflexion quatre rendez-vous sont organisés pendant l’exposition permettant de questionner la place de la peinture parmi les expressions contemporaines,
de découvrir l’actualité de la peinture, de rencontrer les artistes avec leurs mots et leurs regards, et enfin, d’exposer à partir d’oeuvres d’Edgard Pillet, présentes dans l’exposition, les projets de l’association Pour La Peinture.

Edgar Pillet
L’exposition est introduite par deux œuvres d’Edgard Pillet, deux paysages non-figuratifs, datés des années 1950. Edgar Pillet fut une artiste influent de la seconde moitié du XXe siècle, aujourd’hui injustement oublié des historiens et du grand public. Ces deux peintures ont été réalisées lors d’un séjour de 2 ans aux Etats Unis, où il enseigna, à l’invitation de l’Université de Louisville et de l’Art Institute of Chicago.

Delphine Delas
Dans le travail de Delphine Delas, artiste d’origine Bordelaise, il s’agit tout à la fois de réappropriation du réelpaysage et de réinterprétation de la Nature. Sa peinture nous présente des paysages graphiques minimaux et
luxuriants, parfois fauves, dont les cadrages et compositions rappellent les paysages primaires de Gauguin.
www.delphine-delas.com

Maryse Paloma
Maryse Paloma est d’origine bordelaise. Ses paysages aux perspectives aériennes frisent l’abstraction. La couleur
domine et laisse place à des évocations spatiales. Paysages rêvés, paysages perdus, paysages oubliés ? Dans son travail, le sujet semble inépuisable, il offre une multitude d’indices qui nous indiquent ce qui peut advenir ou ce qui a été.
http://marysepaloma.blogspot.fr/

Eduardo Infante
Eduardo Infante, artiste d’origine espagnole, explore l’image. Il construit/déconstruit propose des associations, des évocations, dans un geste graphique réduit, vaporeux qui estompe les formes sans fermer ni cerner. Chaque élément s’additionne au regard créant un paysage mental composite. Il propose au spectateur un parcours de formes, de lignes, de couleurs et d’images qui expriment à la fois une dynamique, un apaisement, une pureté qu’on peut retrouver dans certains paysages japonais ou dans les paysages à la virginité fragile du douanier Rousseau.
www.eduardoinfante.com
L’exposition est pensée comme un parcours dans lequel les œuvres composent un nouveau paysage, offert au regard.

Paysages sonores
François Vaillant
En dernier lieu, François Vaillant, chargé de donner à toute cette scénographie une ambiance sonore enveloppera le spectateur d’un paysage invisible fait de craquements, d’échos, de bruissements, de sons captés dans la nature.
Installation réalisée en collaboration avec Delphine Delas.
www.frvaillant.com

Là où la terre et le ciel se touchent, le paysage.
Exposition proposée par l’association Pour La Peinture
(association.pourlapeinture@gmail.com) et Delphine Delas, avec le soutien de la ville de Bordeaux.
Commissariat : Delphine Delas, Dominique Beaufrer