LE TRAITEMENT DE L’ALCOOLISME ET LA TOXICOMANIE par la méthode du Neurofeedback, par Ruby Villar-Documet

Contacter Commenter Site Web Page Web
Le neurofeedback a fait ses preuves dans le traitement de l'alcoolisme. Présentation des expériences ayant validé cette efficacité.

Le neurofeeddback et le traitement contre l’alcoolisme et la toxicomanie

Le système thérapeutique appelé Neurofeedback (système de rétroaction biologique ou Electroencéphalogramme) est apparu et a commencé à se développer vers la fin des années 1960. C’est un appareil qui détecte, mesure et affiche nos ondes cérébrales sur un écran. L’appareil a conduit à la mise au point d’une méthode de traitement pour éradiquer de nombreux troubles psychologiques, dans lesquels ces profils d’onde prennent une place capitale.

Lorsqu’un problème psychologique surgit, l’appareil mesure alors un profil d’onde considéré comme atypique. Permettant de visualiser leur apparition dans notre propre cerveau, et d’interagir directement dessus, en modifiant “en direct” nos propres contenus de pensée, tout en voyant le résultat obtenu, affiché à l’écran. Le principe de la méthode de guérison est alors basé sur un conditionnement opérant, récompensant le patient lorsqu’il parvient à caler son état psychique sur des profils d’ondes typiques ou d’individus en bonne santé, pris comme modèles.

Depuis la mise en place de cette structure de traitement, un grand nombre d’études ont été effectuées, destinées à valider l’efficacité du neurofeedback dans le traitement de l’alcoolisme, de la toxicomanie, ou autres troubles : Stress Post-Traumatique (PTSD), Epilepsie non contrôlée, Lésions Cérébrales, et Accident Vasculaire Cérébral, mais aussi le TDA / TDAH, anxiété, syndrome de stress post-traumatique et traumatismes crâniens légers.

Ces études fournissent également des signes encourageants selon lesquels le neurofeedback offre une alternative de traitement pour une utilisation sur les troubles d’apprentissage, la dépression, la fibromyalgie, l’autisme, l’insomnie, les acouphènes, les maux de tête, les problèmes d’équilibre physique, et pour l’amélioration des performances de pointe.

Un grand nombre d’expériences très précises permettent de valider l’efficacité du traitement par Neurofeedback, pour les problèmes d’alcoolisme.

Dans un premier temps, les mesures des ondes cérébrales des alcooliques ont révélé une surabondance d’ondes rapides, dont la forme est caractéristique d’un stress, y compris hors des périodes de prises d’alcool. La prise d’alcool étant suivie d’un développement des ondes liées à la détente, plus lentes, ce qui laisse entendre que le neurofeedback peut offrir un potentiel prometteur pour la guérison de ce trouble.

Des tests ont alors été effectués sur différents groupes, traités par neurofeedback, et d’autres traités par voie traditionnelle, pour la guérison de l’alcoolisme. Ces tests ont révélé une amélioration de l’état psychologique des personnes traitées par neurofeedback, dans une mesure largement supérieure relativement à l’autre groupe. A la fin du traitement, la plupart des utilisateurs du neurofeedback, avaient retrouvés des profils d’onde cérébrales plus calmes. Par ailleurs, le nombre de dépressions a été nettement inférieur dans ce groupe que dans le groupe traité traditionnellement.

Sur le long terme, le neurofeedback est également plus efficace, puisque 80 % du groupe entraîné avec le neurofeedback n’a pas rechuté, contre 20 % dans le groupe traité traditionnellement.

De même, en ce qui concerne différents tests de personnalité, les personnes traitées par neurofeedback, ont vu leurs conditions grandement s’améliorer, par rapport au groupe traité traditionnellement.

Le traitement par neurofeedback est donc particulièrement efficace et utile dans le traitement de l’alcoolisme, au moins comme adjuvant, et selon la même base d’étude, il peut avoir un réel potentiel dans le traitement et l’assainissement des dommages causés par l’abus de drogues
Ces résultats sont d’autant plus intéressants, qu’un nombre croissant de personnes sont préoccupées par les effets négatifs des traitements médicamenteux, n’ayant pas toujours prouvé leur efficacité voire leur non-dangerosité sur le long terme. Le neurofeedback peut alors offrir une alternative de traitement supplémentaire pour de nombreuses maladies, pour des frais équivalents, ainsi qu’un traitement sans douleur et sans effets secondaires.

Le public doit être averti que, lors de son choix d’un praticien pour le traitement des types de maladies médicales, psychiatriques et psychologiques citées ci-dessus, celui-ci doit être autorisé pour effectuer cette pratique de manière idéale et être certifié par un organisme légitimement reconnu.

Le traitement et la méthode de Ruby Villar-Documet, psychologue

Ruby Villar-Documet (https://www.rvd-psychologue.com et https://www.linkedin.com/in/ruby-villar-documet), psychologue clinicienne, étudie et utilise le Neurofeedback depuis sa création en 1960. Elle en a suivi les évolutions, les études, les résultats, et les différents usages thérapeutiques et / ou cliniques. Elle s’est alors tout naturellement spécialisée dans les traitements de nombreux troubles par cette méthode.

Elle a notamment créé la méthode Neurofeedback Excellence, tenant compte de l’interaction très importante entre le patient et le thérapeute. Elle dispose pour ce faire d’un très grand nombre de données d’images de cerveaux au fonctionnement typique, enregistrés sur des sujets de tous âges, enrichies régulièrement par les chercheurs les plus réputés dans le domaine du neurofeedback. C’est cette base de données qu’elle étudie lorsqu’elle doit traiter une maladie ou un problème psychologique, afin d’en croiser les différentes possibilités, et trouver le profil typique correspondant le plus précisément possible à la guérison requise pour le patient. Ceci à travers une étude rigoureuse et pointue, en prenant le temps qu’il faut pour cela.

Elle tient également compte en permanence des résultats et des dernières avancées cliniques et scientifiques obtenues dans le domaine de l’imagerie médicale et du neurofeedback. Cette méthode est présentée sur son site Internet https://www.neurofeedback-neuroscience.fr/.