Voyages…, avec l’aventure, on trouve parfois sa destinée… Eric Tohier

Contacter Commenter Site Web Page Web
Défriefing sur mes voyages avec mise en page de textes et de photos. Projet de photo reportage dans un but humanitaire dans un quartier de Vancouver, laissé à l'abandon et la misère.

Premier paragraphe

Voyages, voyages, Ah! partir à l’aventure, vivre l’aventure, ont toujours été des choses qui me passionnent et me font aller de l’avant. Et puis Bouger, sortir de son quotidien, pour moi, c’est la vie. Bien sûr, cela coûte cher, et dans mon cas, je dois économiser pour me payer l’avion, l’hôtel, la nourriture, la location de véhicule, etc, quand je me déplace dans un pays autre que la France. Après de très gros efforts, quand la somme est réunie, je peux planifier mes voyages et les rendre réel. Ce qui n’était auparavant qu’un rêve.

Deuxième paragraphe

Ou L’histoire personnelle de voyages.

Je ne cherche pas les voyages clé en main que l’on propose dans les agences ou sur internet. Non, je me crée mon propre parcours. je visite à mon rythme les endroits que je veux voir suivant mon humeur. Mais au final, je suis capable avec ma propre expérience de pouvoir proposer des escapades différentes de celles des tours opérateurs. L’imprévu, qui peut paraître déstabilisant, apporte aussi parfois de bonnes surprises, ouvre de nouveaux horizons. Et par définition s’associe à l’aventure. Si on s’adapte aux imprévus, alors on est capable de débloquer des situations qui paraissent inextricables.

Troisième paragraphe

Ce qui me plaît dans les voyages, c’est aussi d’aller à la découverte des autres. Et de leurs modes de vies, leurs coutumes. De ce ce côté là, j’ai une énorme préférence pour le continent Américain, les USA, bien sûr, mais aussi son cousin ou voisin Canadien qui d’ailleurs est aussi très Américanisé.

Quatrième paragraphe

C’est un rêve et j’essaie de le vivre en fonction de mes moyens. Je voudrais que les choses aillent beaucoup plus vite, mais j’ai appris à être patient. Il n’y a pas d’âge pour trouver sa voie, ou de profondes motivations. Et Il faut faire ce que l’on aime et ne pas se faire influencer pour trouver son destin. On a tous vu des gens dans la rue, mais j’ai pris réellement conscience du phénomène en traversant un quartier de Vancouver et J’ai senti le besoin de les photographier pour faire apparaître leurs conditions de vie difficiles. C’est une façon de s’intéresser à eux. Et pas simplement en leur jetant de la nourriture.

Conclusion

Voilà où la plupart de mes voyages m’ont conduit. De Vancouver à Las Vegas et de Las Vegas à Vancouver et Bien sûr, ce n’est pas fini. Car il y a tant à découvrir encore et tant à vivre.