Etude sur les pratiques nocturnes à Paris

Contacter Commenter Site Web Page Web

Etude sur les pratiques nocturnes : donner la parole à ceux qui sortent dans l’espace public parisien de nuit

Dans le cadre de notre étude doctorale, nous souhaitons donner la parole aux parisiens qui sortent dans l’espace public la nuit. Il s’agit de combler une lacune politique des “Etats généraux de la nuit” de 2010.

Avoir la parole : devenir un citoyen nocturne

Le noctambule, celui qui sort la nuit dans l’espace public, n’est pas un citoyen à part entière. En effet, il n’a pas un droit plein à la mobilité du fait du creux horaire (surtout pour ceux résidant en banlieue), l’emploi de nuit est limité et ses conditions insatisfaisantes, les établissements de loisir nocturnes peuvent s’avérer très sélectifs à l’entrée (discrimination économique ou culturelle), etc. Ainsi, le droit à la ville ne semble pas s’appliquer de nuit.

Parallèlement, les nuits parisiennes ne revivent que lentement. En concurrence avec Berlin, Londres, Madrid, Barcelone, etc, le concept “Paris by night” semble avoir perdu de sa vigueur par rapport au temps de Picasso, Matisse, Braque, à Montmartre.  Ainsi, des “Etats généraux de la nuit” ont été organisés en 2010 à Paris. Cependant, la population concernée des noctambules n’a que peu participé aux débats publics.

Ainsi, le noctambule est vu sous l’angle exclusif du client. Il ne semblerait pas exister, politiquement, de déambulations nocturnes dans l’espace public, de vie aux bords de Seine l’été, etc. C’est pour combler ces lacunes que nous souhaitons vous donner la parole, vous redonner le droit d’être un citoyen et ce, même la nuit.

Une étude doctorale “bottom-up”

Cette étude doctorale s’adresse aux noctambules. Ainsi, ce sont les individus qui sortent la nuit, dans l’espace public parisien (rues, places, bords de Seine, espaces verts, etc), qui sont visés. Il s’agit de remplir un questionnaire dont vous trouverez le lien attaché à l’article. Par la suite, nous pourrons vous donner la parole plus amplement via un entretien individualisé. Cette étude nous permettra de comprendre vos pratiques en profondeur et de les faire remonter pour une vie nocturne qui vous corresponde davantage. Il s’agit de vous écouter et de répondre à vos besoins pour changer le regard sur les nuits parisiennes.

Qui se cache derrière cette étude ?

Cette étude doctorale n’est pas commanditée par la Préfecture de police ou la Mairie de Paris. Il s’agit d’une recherche scientifique, financée par le Près Paris-est, et réalisée par un doctorant en sciences humaines et sociales. Elle a vocation à servir d’autres recherches menées en France ou ailleurs.

Le compte-rendu de cette recherche sera public. Nous commençons à travailler en lien avec des acteurs de la nuit et espérons pouvoir toucher les élus municipaux de par nos multiples communications.