Les ostéopathes réclament une loi encadrant leur profession

Contacter Commenter

LE SCANDALE DE L’OSTEOPATHIE : UN «HOLD UP» SUR LA SANTE PUBLIQUE

Communiqué du 4 mars 2012

Dans l’entretien exclusif titré “Mes valeurs pour la France” réalisé dans un magazine ce 11 février dernier, Monsieur le Président Nicolas SARKOZY déclarait :” Je suis convaincu du danger d’une société sans règle, sans contrôle et sans régulation”.

C’est précisément la situation de l’ostéopathie en France.

Alors qu’un tiers des Français ont totalisé 20 millions de consultations d’ostéopathie, plus de 60 écoles ont été agréées sur simple déclaration de conformité avec les critères de formation.

Plus de 2500 ostéopathes supplémentaires sont ainsi autorisés chaque année à dispenser des soins sans que leur niveau de compétence et la sécurité de leurs actes puissent être garantis.

De surcroît, un groupe d’investisseurs issu de la restauration collective , ayant investi dans le rachat d’écoles d’ostéopathie, forme aujourd’hui plus de 60 % des ostéopathes.

Etant utile de rappeler que les ostéopathes de formation initiale dépensent en moyenne 7000 euros pendant cinq ans pour pouvoir accéder à une autorisation d’user du titre d’ostéopathe alors que nombre d’entre eux peinent à se constituer une patientèle.

L’usage de moyens publicitaires racoleurs, l’absence de garantie de compétence, l’insécurité des actes, dévalorisent une profession qui répond au décalage existant entre les besoins de la population et le service de santé rendu.

Les responsables dans l’affaire ?

Ceux qui ont délivré les agréments aux organismes de formation sans contrôle effectif ?

Les bénéficiaires ?

Une holding patrimoniale dont le seul motif est guidé par la spéculation financière ?

Ce contexte rappelle la situation, il faut bien le reconnaître, de certains établissements de retraite financièrement peu accessibles.

Le rapport des inspecteurs de l’Inspection Générale des Affaire Sociales sur les conditions de formation a été transmis à Madame BACHELOT-NARQUIN en juin 2010.

Précieusement conservé par le Ministère de la santé, il devrait, d’après le rapporteur général de la CADA, Maître de requête au Conseil d’Etat, qui a été saisi, pouvoir être prochainement rendu public.

En septembre 2011, Monsieur l’ancien Ministre et Député, le Professeur Bernard DEBRE, a déposé une proposition de loi portant sur la création du Haut Conseil de l’Ostéopathie avec pour missions, notamment, la règlementation de la formation et de l’exercice de l’ostéopathie.

Selon toute apparence, malgré tout le travail constructif qui a été réalisé auprès des professionnels concernés, Monsieur le Ministre de la Santé Xavier BERTRAND n’a pas montré une réelle volonté de normaliser une situation préjuduciable à la santé des français.

Monsieur le Président déclarait également “La meilleure façon de surmonter les blocages, c’est de s’adresser directement au peuple français”.

C’est précisément l’objet de ce communiqué.

Après le H1N1 et le MEDIATOR, un nouveau scandale de santé publique serait il en gestation ?

Gageons que les intérêts de santé publique primeront sur les intérêts économiques.

Contact :

Jean-Pierre Marguaritte

Président EURO PROMOSTEO

europromosteo@gmail.com