François Hollande, ou comment négocier son destin...

Contacter Commenter Site Web Page Web
Le passé des deux principaux candidats aux élections présidentielles de 2012 est revisité de façon allègre pour en tirer quelques enseignements utiles. Les tendances lourdes sont analysées, et des prévisions en sont tirées!

Comment François Hollande a-t-il pu se métamorphoser ainsi ?

Lui qu’on a décrit comme le petit gros sympathique mais tout mou, voilà qu’il fait la course en tête. Un boulevard s’ouvre devant lui. Quelle étrange volonté qui l’a fait croire en son destin et lui a permis de se donner une nouvelle image, de se relooker comme on dit de nos jours…

Il a raison, car l’astrologie chinoise est formelle, il va gagner… STOP! Je rigole!!!!

Enfin, pas tant que ça : please, lisez la suite, c’est aussi de l’information…

Voir à la fin de ce communiqué le lien vers les deux candidats en lice.

Hélios de Lemme, qui, depuis trente ans, démocratise l’astrologie chinoise (la vraie, j’entends), par ses logiciels et ses cours gratuits, s’est penché sur le cas des deux principaux candidats aux élections présidentielles 2012.

C’est en tout cas l’occasion de revisiter leurs biographies respectives, puisque le principe premier est de valider l’existence passée, pour être certain que le thème choisi “colle” bien avec le personnage étudié.

Je ne serais pas surpris si vous appreniez deux ou trois faits révélateurs: saviez-vous que c’était Nicolas qui était à la manoeuvre, à 26 ans, lors de la campagne de désinformation sur Tchernobyl.
Vous savez “Le nuage radioactif s’est arrêté aux frontières de la France…”?

Que François avait déménagé en 1968 pour Neuilly, où il était voisin de Nicolas? En classe, il était avec Thierry Lhermitte, Gérard Jugnot, Michel Blanc, Christian Clavier…

Que le président-candidat soit en perte de vitesse, tout le monde s’en rend compte. Et c’est validé par l’étude de son thème.
La vraie surprise, c’est que François Hollande est dans une période de grâce, avec tous les indicateurs astraux au vert….

Cordialement,
Hélios de Lemme at Delemme.com