Bruxelles : 10ème sommet annuel international des droits de l’Homme

Contacter Commenter Site Web Page Web
Comment donner de la puissance aux futurs leaders à travers l'éducation aux droits de l'Homme.

Pour la deuxième année consécutive, Youth for Human Rights International a organisé son Sommet des droits de l’Homme les 6 et 7 septembre 2013 à l’Auditorium international. Des jeunes délégués de plus de 30 pays se sont joints à des officiels de l’ONU et différents acteurs et défenseurs des droits de l’homme.

Le but de Youth for Human Rights International est d’enseigner les droits de l’Homme aux jeunes, en particulier, la Déclaration universelle des droits de l’Homme des Nations Unies, pour les inciter à devenir des défenseurs de la tolérance et de la paix. Parmi les co-sponsors se trouvaient Jongeren voor Mensenrechten Belgique, l’ONG Village Suisse, l’ONG AJC Bomoko, La Voix des Faibles ASBL, Grains de Sable ASBL, le Département des droits de l’Homme de l’Église de Scientologie Internationale et Des Jeunes pour les Droits de l’homme Genève.

Les enfants sont vulnérables et des millions souffrent de violations des droits de l’Homme dévastatrices. Le fait est que, malgré des violations déplorables des droits de l’Homme, il y a un effet de groupe qui modifie ces conditions et le Sommet international a mis en lumière les réalisations accomplies dans le monde. « C’est incroyable de voir la vitesse à laquelle ce changement positif se produit ! » a déclaré Agnès Bron, porte-parole des Églises de Scientologie pour l’Europe.

Le 6 septembre, les jeunes délégués du monde entier ont défilé côte-à-côte en portant leur drapeau lors de la cérémonie d’ouverture du sommet. Ils sont arrivés d’Albanie, d’Australie, d’Autriche, du Bangladesh, de Belgique, du Cameroun, du Canada, de la RD Congo, du Danemark, de l’Équateur, de France, d’Allemagne, de l’Inde, d’Indonésie, d’Italie, du Japon, du Libéria, du Mexique, du Népal, des Pays-Bas, du Nigeria, de Roumanie, de Russie, d’Afrique du Sud, du Sri Lanka, de Taïwan, du Royaume-Uni, des États-Unis d’Amérique et de la Communauté vietnamienne.

Au cours de la présentation officielle ces jeunes ont montré des présentations PowerPoint et nous ont fait part de leurs activités d’éducation aux droits de l’Homme dans leurs communautés locales. Ces comptes-rendus ont montré comment les délégués utilisent leurs compétences telles que l’art, le spectacle, la réalisation de films, les présentations dans les écoles, les ateliers dans les communautés, les marches internationales pour les droits de l’Homme et la liste s’allonge encore et encore.

D’éminents orateurs sont venus du Cameroun, de la RD Congo, du Danemark, de France, du Mexique, des Pays-Bas, du Népal, du Nigéria, de Mongolie, d’Afrique du Sud, du Sri Lanka, de Suisse, de Taïwan et des États- Unis d’Amérique.

Le Dr Mary Shuttleworth, fondatrice et présidente de Youth for Human Rights International (YHRI), a accueilli les invités d’honneur, dont des officiels de l’ONU, des leaders des droits de l’Homme, des leaders religieux, des ONG, des militants et la communauté dans son ensemble.

Son Excellence, le Professeur Bertrand G. Ramcharan, ancien Haut-Commissaire des Nations Unies pour les droits de l’Homme de 2003 à 2004, a officiellement souhaité la bienvenue aux délégués et a souligné l’importance de l’éducation aux droits de l’Homme. Il a dit : « Notre monde est un monde en proie à de nombreux problèmes et défis et, rien que par la poursuite de stratégies de défense des droits de l’Homme par la gouvernance aux niveaux national, régional et international, nous pouvons espérer réussir à résoudre ces problèmes. En enseignant à chaque enfant, chaque personne, les droits de l’Homme, on peut espérer que, à leur tour, ils pourraient inciter leurs gouvernements à poursuivre ces stratégies de droit humain. La survie de l’humanité et la justice mondiale en dépendent. »

Son Excellence M. Enzo di Taranto, ancien coordonnateur de l’action du Programme mondial des droits de l’Homme des Nations Unies, Action 2, a inauguré, en première mondiale, l’Exposition de photos de célébrités de premier plan à Haïti, dans le cadre d’une campagne mondiale de la Diplomatie de star. « La “Diplomatie de star”, comme je la définis, est en effet une ressource de campagne moderne à la disposition des dirigeants et des militants du monde entier. Comme conséquence de l’influence sur le déclin des modèles traditionnels, la puissance de défense des célébrités a connu une croissance exponentielle au cours de la dernière décennie. »

Son Excellence, l’Ambassadeur Irénéo Omositson Namboka, ancien Conseiller en éducation et en protection des droits de l’Homme, ancien diplomate du gouvernement ougandais, de 1974 à 1987, a déclaré : « Youth for Human Rights International prend une place légitime comme entité de la société civile, inégalée dans le monde, pour la promotion de l’éducation aux droits de l’Homme, de la paix et de la fraternité universelle. »

Le message spécial de félicitations du président de la République de Chine (Taiwan), M. Ma Ying-Jiou a été lu par Mme Simone Hsu en ces mots : « C’est mon espoir sincère que cet événement important nous permette de faire progresser le développement des droits de l’homme à travers le monde, de promouvoir l’éducation sur la primauté du droit au sein de la jeune génération, et de renforcer les mécanismes de protection des droits de l’Homme. Ce faisant, nous pouvons ensemble contribuer au respect de la dignité humaine et des valeurs. »

Le Professeur Claus Haagen Jensen, professeur de droit public et ancien Président du conseil d’administration de l’Institut danois pour les droits de l’Homme, a animé la session plénière extraordinaire, « Comment pouvons-nous donner de la puissance aux futurs dirigeants à travers l’éducation aux droits de l’Homme. » Il a déclaré : « Cette initiative fondamentale concernant les droits de l’Homme est unique en son genre. Je ne connais aucune autre activité dans le monde qui a autant de portée que celle d’YHRI».

Les panélistes ont donné quelques exemples de violations des droits de l’Homme pour illustrer la nécessité urgente de l’éducation aux droits de l’Homme. Ils ont souligné les initiatives d’éducation aux droits de l’Homme et de projets présentés par les jeunes délégués et la façon dont cela les à incités à prendre le leadership.

M. Bashy Quraishy, Secrétaire général d’Initiative musulmane européenne pour la cohésion sociale (EMISCO) a expliqué : « Je dois dire que je suis très jaloux de ces gens dévoués et je souhaiterais être aussi focalisé, déterminé et obstiné dans mes vues et mes actions, qu’ils le sont. Je souhaite également que de plus en plus de jeunes gens dans ce monde s’impliquent dans les droits de l’Homme, en commençant par être eux-mêmes conscients de l’importance des droits de l’Homme, puis en apprenant ces droits et en les mettant en application à tout moment. Quand on est bien familiarisé avec ces droits, alors la meilleure chose à faire est d’éduquer les autres. »

Un point culminant de l’événement a été la remise du « Prix des Héros » des droits de l’Homme pour leur travail visant à promouvoir l’éducation aux droits de l’Homme. La performance de la talentueuse chanteuse Française Sarah-Julia a ouvert la cérémonie de remise des prix. Quatre équipes ont été récompensées pour leur contribution exceptionnelle à l’éducation aux droits de l’Homme dans leurs pays respectifs.

Canada : Nicole Crellin a reçu le prix au nom de l’équipe YHR-Canada. Ses membres ont recueilli de milliers de signatures pour une pétition demandant à ce que l’on éduque aux droits de l’homme dans les écoles ; ils ont remis plus de 34 000 livrets d’YHRI et ont organisé 158 évènements qui ont touché plus de 33 000 personnes. Les bénévoles des droits de l’Homme ont obtenu 78 articles favorables dans la presse écrite qui ont touché environ 3,5 millions de personnes et de plus les spots des 30 droits de YHRI ont été diffusés à environ 11 millions de téléspectateurs.

Costa Rica : l’équipe de YHR-Costa Rica, sous la direction de M. Camilo Guzmán, a été récompensée pour ses performances lors d’ateliers, de conférences et d’événements communautaires. Ils ont également distribué près de 5 000 livrets et 10 600 prospectus d’YHRI. Ils ont obtenu environ 3500 signatures pour promouvoir l’éducation aux droits de l’Homme dans les écoles. Dans l’ensemble, ils ont atteint plus de 863 000 personnes et au moins 550 000, grâce aux médias au Costa Rica et au-delà de ses frontières.

Danemark : Youth for Human Rights Danemark est reconnue comme une association humanitaire à but non lucratif par l’administration danoise. L’ambassadeur des jeunes, Nina Christensen Fay, et la déléguée, Layal Sarhan ont reçu le prix au nom de leur équipe. Pendant 5 ans par exemple, ils ont collaboré avec la ville de Copenhague au festival « Taste the World » et ont atteint des milliers de gens. Youth for Human Rights Danemark fait maintenant partie de la campagne d’intégration de la ville de Copenhague et a été promue sur la page d’accueil de la ville ! Leurs marches annuelles pour les droits de l’Homme, en décembre 2012, ont compté la participation de plus de 200 étudiants et la totalité de l’évènement a été sponsorisé par la ville de Copenhague par une subvention de 5 000 $. Lors de la Journée internationale de la jeunesse, le 10 août 2013, ils ont installé une pétition de 6 mètres de long dans la célèbre rue piétonne de Copenhague et ont recueilli des signatures de soutien pour intégrer l’éducation aux droits de l’Homme dans la législation danoise.

Inde : M. Andrew Chalmers et le jeune délégué, Samarendra Patra, ont reçu le prix au nom de l’équipe YHR-Inde. L’équipe a été félicitée pour avoir sensibilisé plus de 100 000 personnes aux droits de l’Homme au cours d’évènements et de marches pour les droits de l’Homme. Il y a plus de 7 500 membres inscrits sur le réseau en ligne de YHRI Asie du Sud et plus de 50 000 personnes ont visité le site de YHRI Asie du Sud, avec une moyenne de plus de 1 000 visites par mois. Grâce à ces activités, plus de 100 millions de personnes ont été touchées par la télévision la radio et la presse écrite, concernant les droits de l’Homme.

Le lendemain, l’atelier d’éducation aux droits de l’Homme, comportait une séance de mentorat, peer to peer, une journée complète d’éducation aux droits de l’Homme, au cours de laquelle les ambassadeurs des jeunes ont partagé leurs expériences, et les meilleures choses qu’ils ont faites, avec les nouveaux jeunes délégués pour les préparer à une plus grande expansion de leurs initiatives.

La séance de clôture du Sommet international des droits de l’Homme 2013 s’est tenue le dimanche 8 septembre, lorsque des leaders religieux, dont des catholiques, des musulmans, des protestants, et bien d’autres se sont réunis au grand auditorium des Églises de Scientologie pour l’Europe à Bruxelles pour une conférence interreligieuse pour la paix.

Pour finir, le Dr Mary Shuttleworth, fondatrice et Présidente de Youth for Human Rights International a déclaré : « Merci encore d’avoir fait autant de kilomètres, d’avoir surmonté des obstacles difficiles pour suivre nos rêves communs de construction d’un monde meilleur inspiré par l’éducation aux droits de l’Homme. Cela a été un grand honneur d’être ici avec vous. Votre grandeur, votre travail, votre passion m’ont rendue humble et m’ont inspirée pour poursuivre la prochaine étape sur cette longue route dans le monde entier. »

Les jeunes délégués à la 10e édition du Sommet international des droits de l\'Homme à Bruxelles, en Belgique.

Un commentaire à “Bruxelles : 10ème sommet annuel international des droits de l’Homme” - Cliquez-ici pour commenter.

  1. C’est réconfortant de voir l’enthousiasme qui anime toutes ces personnes pour revendiquer “les droits de l’homme” respectés partout dans le monde. Je salue au passage les jeunes français qui étaient présents. A l’heure où, en France, une charte de la “laïcité” devient plus importante que la déclaration des droits de l’homme dans les écoles, il est important que nos futurs citoyens ne perdent pas les valeurs pour lesquelles se sont battus nos glorieux prédécesseurs. Heureusement ce n’est pas demain que cette laïcité aura valeur de mobilisation internationale. Remarquons également que la Scientologie est présente au milieu de ces bonnes volontés réunies à l’occasion de ce sommet dont la popularité ne cesse d’augmenter d’années en années.