Investir locatif, comment mettre toutes les chances de son côté

Contacter Commenter Site Web Page Web

Comme chaque investissement, investir locatif possède sa part de risque.

Il existe une multitude de paramètres qui viennent influencer la réussite d’un projet et son bon déroulement, rendant chaque projet unique.

Mais investir locatif, c’est avant tout bien analyser le marché de l’immobilier du lieu de l’investissement. Il est souvent conseillé d’observer le marché durant plusieurs années, dans la mesure du possible, avant de se lancer dans un achat. Si cela s’avère impossible, il sera primordial de se faire conseiller par des spécialistes.

La rentabilité de chaque investissement repose sur le lieu du bien, sur l’attractivité de ce dernier auprès des locataires et surtout de son prix d’achat qui sera la pièce de base.

Dès que le bien sera choisi, la deuxième partie du projet consistera à s’assurer de la rentabilité de ce dernier en y intégrant les différents éléments de la loi Duflot. Afin de jouir de la réduction fiscale promise par la loi Duflot, le bien et la location du bien devront se soumettre à certaines conditions.

Les plafonds de la loi Duflot par exemple, s’appliquent surtout sur les loyers. L’Etat fixe en effet un plafond de loyer, réduisant ainsi largement l’amortissement potentiel du bien immobilier fraîchement acquis. On peut également souligner le fait qu’il existe également un plafond pour les locataires : un plafond de ressources afin de réserver la location de ces biens aux personnes aux revenus modestes.

Sachant cela, et considérant le fait que les plafonds des loyers en loi Duflot sont en moyenne 20% inférieurs aux tendances du marché, le grand intérêt d’un projet d’achat locatif réside dans la réduction fiscale. Il est ainsi très important de chercher à bien optimiser cette partie du dossier. Ainsi, le minimum consiste à utiliser un simulateur d’investissement locatif de manière à s’assurer de la rentabilité du projet.

L’idéal reste toutefois le fait de se faire aider par un conseiller puisque ce dernier sera probablement bien plus habitué à la création de dossiers et aux montages de projets d’investissement immobilier locatif qu’un contribuable néophyte.