Pour tout savoir sur la multiplication des orchidées

Contacter Commenter Site Web Page Web
La multiplication des orchidées permet d’obtenir rapidement de nouvelles plantes. On distingue diverses techniques plus ou moins complexes, mais la division, la multiplication par keiki ainsi que la multiplication par semis sont les plus simples à réaliser.

La multiplication des orchidées permet d’obtenir rapidement de nouvelles plantes. On distingue diverses techniques plus ou moins complexes, mais la division, la multiplication par keiki ainsi que la multiplication par semis sont les plus simples à réaliser.

orchidée et culture orchidée

Orchidée : multiplication par division

La multiplication par division ne s’applique que dans des cas particuliers. Il est en effet nécessaire que l’orchidée soit suffisamment grande et dotée d’au moins trois pseudobulbes. Cela évite que la plante mère ne perde sa capacité à fleurir. Celle-ci fournit l’apport alimentaire des jeunes pousses qui devront posséder suffisamment de racines ainsi qu’une paire de feuilles pour être repiquées et former de nouvelles plantes. La plante mère sera gardée en terre durant toute l’opération afin de se reconstituer. L’arrosage des nouvelles plantes se fait au bout de deux ou trois jours.

Orchidée : multiplication par keiki

Keiki est un terme hawaïen signifiant bébé. La multiplication des orchidées par keiki consiste ainsi à provoquer la formation de bébés plantes qui seront plantés et qui fourniront de nouvelles orchidées. Dans la plupart des cas, l’apparition de keikis s’effectue suite à une erreur de culture, car elle est attribuée au manque de lumière. Toutefois, certaines variétés d’orchidées utilisent également cette méthode de multiplication en tant que mode de reproduction. La multiplication par keiki se résume à produire des boutons floraux destinés à devenir de nouvelles plantes et qui pourront être rapidement cultivés.

Orchidée : multiplication par semis

La multiplication des orchidées par semis constitue l’une des techniques les plus délicates. Elle ne peut être réalisée par tous les orchidophiles, mais s’adresse plus aux cultivateurs avertis. La difficulté de cette technique se résume à la nécessité de semer la plante en milieu stérile. Outre cela, les chances de réussite de semis sur le pot sont infimes sans la présence du champignon symbiotique (filaments de Rhyzoctona). Il est ainsi recommandé de se procurer directement des orchidées en flasques afin de procéder à la multiplication. Les habitudes de la plante sont les mêmes durant toute l’opération.