Le délai de jouissance : une question au coeur des SCPI...

Contacter Commenter Site Web Page Web

Pour toute personne souhaitant investir en immobilier mais que la gestion rebute, il existe une solution efficace : la SCPI.

Investir en SCPI consiste à acquérir des parts dans un patrimoine immobilier déjà constitué et géré par un professionnel du secteur. Fini les réserves de trésorerie, les courriers du trésor public pour payer les taxes foncières et autres taxes locales. La SCPI est synonyme de tranquillité pour l’investisseur, qui perçoit ses loyers de façon régulière sans se soucier de rien. Car un autre avantage de la SCPI est également la «sécurité» locative, du fait de la mutualisation du risque entre l’ensemble des locataires (plusieurs dizaines) de la SCPI. On a donc un loyer régulier qui tombe systématiquement. Il existe néanmoins, une exception : les tous premiers mois de détention des parts. En effet, lorsqu’on achète des parts de SCPI, il y a un délai de jouissance de quelques mois à respecter. cette période peut varier d’une SCPI à l’autre, selon ce qui est notifié dans les statuts, et dure 3 mois en moyenne.

Le délai de jouissance

L’explication de ce délai de carence locative, comme l’explique le site www.investissement-scpi.fr, est logique quand on y réfléchit bien : cela permet pour la société de gestion d’avoir le temps de travailler efficacement et de sélectionner les actifs qui viendront compléter le patrimoine de la SCPI et permettre de maintenir un niveau de loyer stable. Un loyer stable signifie des dividendes inchangés pour tous les porteurs de parts, les anciens comme les nouveaux. Le délai de jouissance est donc indispensable au bon fonctionnement et la pérennité d’une SCPI. Pour en connaître la durée exacte, il suffit de parcourir les statuts de la SCPI. Cette donnée est à prendre en compte avec plus ou moins d’attention : si l’on souhaite investir en assurance-vie, il n’y a pas toujours de carence pour le propriétaire du contrat, les assureurs s’engageant souvent à verser un rendement dès le premier mois. En revanche, en cas d’emprunt bancaire, il conviendra d’adapter le crédit en établissant par exemple un différé de remboursement dans le temps, ou alors prévoir la trésorerie nécessaire pour rembourser les premières mensualités pleines avant de percevoir les premiers loyers qui viendront ensuite soulager l’effort d’épargne de l’investisseur.