Julien Escudé à la première ceremonie de remise des diplomes de l’institut d’osteopathie de rennes

Contacter Commenter Site Web
Julien Escudé, le parrain de l’Institut d’Ostéopathie de Rennes, était présent samedi dernier pour participer à la première cérémonie des diplômes. L’établissement, ouvert depuis 2010, qui forme les futurs ostéopathes en formation initiale, post bac fait partie des 23 écoles françaises agréées par le Ministère de la santé et de l’enseignement supérieur.

La cérémonie s’est déroulée dans les locaux de l’ICR sur le campus de Ker Lann, à Bruz. Parmi les nombreuses personnalités présentes : Monsieur Le maire de Bruz, Auguste Louapre ainsi que Madame Briend, adjointe à l’éducation, la Vice-présidente du conseil départemental Madame Véra Briand réprésentant son Président Monsieur Chenut et le parrain de l’école, Julien Escudé.

Ce n’est pas l’ouverture de son restaurant à Madrid (le SQD) il y a trois semaines, qui lui aurait fait manquer l’évènement car l’ancien joueur de football a tout de suite répondu présent à l’appel de la Directrice générale d’IO-RENNES, Madame Bourgin.

Pour Julien Escudé, il semblait évident d’être présent aux côtés des étudiants diplômés et de faire partager, le temps d’une soirée, des valeurs communes au sport et au métier d’ostéopathe telles que l’exigence, l’excellence et la persévérance.

C’est donc avec une attention particulière que les diplômés de la Promotion 2010 parrainée par Patrick Guillaume (Membre fondateur de la posturologie française) ont écouté les conseils de Julien Escudé.

« Je suis parti jeune de chez moi car j’avais 15 ans et je suis arrivé en Bretagne, au Stade Rennais, à l’âge de 19 ans. L’ostéopathie a joué un rôle important dans ma carrière et c’est Marylène Bourgin qui m’a initié. Plus que des soins apportés, c’est une prise de conscience qu’elle nous a offert ; celle de prendre soin de son corps, mon outil de travail. J’ai compris que pour durer dans le milieu sportif, il fallait avant tout que je prenne soin de moi. Si j’avais des conseils à donner aux diplômés, c’est de se sentir entouré, de toujours rester humble. Ils possèdent  maintenant leur diplôme d’ostéopathe mais ce n’est pas une fin en soi. Ils doivent participer à la transmission de l’ostéopathie et avoir comme objectif de toujours s’améliorer. Je pense à Didier Deschamps qui à l’âge de 32 ans me livrait qu’il avait pour but d’aller encore plus loin et qu’il trouvait encore l’occasion de peaufiner sa technique. Une pensée sage qui m’a souvent suivie ».

Un témoignage précieux pour les étudiants, selon Madame Bourgin qui « souhaite partager des valeurs de respect, d’humilité et de bienveillance » au sein de son établissement.

La cérémonie s’est clôturée par de nombreuses représentations artistiques d’étudiants d’IO-RENNES telles que la danse, la musique, le chant et le dessin. C’est sûr les étudiants de l’Institut d’Ostéopathie ont du talent.

Patrick GUILLAUME, Marylène BOURGIN, Julien ESCUDE, Dr Valérie BERENGUER