Le bonus écologique français profite aux concessionnaires norvégiens

Contacter Commenter Site Web Page Web
L'achat d'un véhicule électrique en France permet de bénéficier d'une aide de l'État de 7 000 €. Des concessionnaires norvégiens ont trouvé une astuce pour utiliser l'aide du bonus écologique français.

Initialement instauré en 2008 afin d’inciter les acheteurs français à choisir une voiture électrique au lieu d’un modèle polluant essence ou diesel, le système du bonus-malus a toujours fait couler beaucoup d’encre et encore plus depuis que le gouvernement a annoncé un durcissement des barèmes dès 2014. Véritable gouffre financier pour l’état, ce système semble pourtant avoir attiré les concessionnaires automobiles norvégiens qui ont profité d’une faille dans ce système pour y importer des véhicules à bas prix ! Attention, cet article pourrait bien vous dégouter définitivement d’acheter une voiture écologique…

Voiture electrique

Les Français payent des bonus aux Norvégiens

C’est le journal norvégien Dagens Naeringsliv qui a pointé du doigt cette faille au cœur du système du bonus écologique français. En effet, il semblerait que la majorité des concessionnaires automobiles locaux présents en Norvège ont trouvé un moyen astucieux pour acheter des voitures électriques françaises et bénéficier du bonus écologique de 7 000 euros. Pour pouvoir en profiter, il suffit de disposer d’une adresse en France et c’est tout ! C’est le cas d’un concessionnaire norvégien basé à Oslo qui a importé depuis le mois de juin une cinquante de Nissan Leaf française et qui a, par la même occasion, ainsi empoché la coquette somme de 350 000 euros à la charge des contribuables français…
De plus, le distributeur n’a pas nié avoir également importé d’autres modèles comme des Renault Zoé, des Peugeot iOn ou encore des Mia.

Résultat ? Une jolie plus-value pour les distributeurs norvégiens qui profitent de ce système pour casser leurs prix et attirer une plus grande clientèle. On comprend maintenant mieux pourquoi la Norvège reste un pays particulièrement exemplaire dans le domaine des énergies vertes puisque la Nissan Leaf arrive en 13ème position des ventes dans le pays alors qu’elle se situe en 530ème place en France…

Comment va agir l’État français ?

Pour le moment, le service économique de l’ambassade de France est en train d’enquêter sur l’origine d’une telle faille auprès de tous les services administratifs concernés. Aucune sanction n’a encore été annoncée, mais on ne serait pas surpris de voir le système de bonus-malus être une nouvelle fois révisé dans les prochains mois afin d’éviter le renouvellement de ce type de fraude. En attendant, les Norvégiens peuvent donc tranquillement poursuivre leur petit trafic sans n’être nullement inquiétés.

Déjà décrié depuis de nombreuses années, le système du bonus écologique mériterait d’être revu en profondeur et à la vue de cette affaire, c’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase !