L'éclat de l'étoile : son influence dans l'astrologie

Contacter Commenter Site Web Page Web

A propos de l’éclat des étoiles…

Déjà, les Grecs classaient les étoiles en fonction de l’intensité de leur éclat apparent. lIs considéraient que les vingt étoiles les plus brillantes étaient de première grandeur, que les soixante étoiles suivantes étaient de seconde grandeur. Et ainsi de suite jusqu’à la sixième grandeur qui comprenait les étoiles tout juste visibles à l’oeil nu quand les conditions d’observation étaient les plus favorables.

Aujourd’hui, l’éclat des étoiles (ou leur magnitude) est exprimé par l’équation de Pogson selon laquelle toute étoile a un éclat d’environ deux fois et demie plus fort ou plus faible qu’une étoile de la catégorie inférieure ou supérieure. L’étoile Véga de la constellation de la Lyre a une magnitude de 0,1. Plus le chiffre est élevé, plus l’éclat de l’étoile est faible. Par exemple, celui de l’étoile polaire est de 2,2. L’oeil nu, normal, distingue des étoiles jusqu’à la sixième magnitude. Les étoiles plus éclatantes que Véga ont une magnitude négative. Sirius a un éclat de - 1,6. Il s’agit bien sûr de la magnitude apparente qui ne correspond pas à la magnitude réelle des étoiles. Les dimensions réelles de leur surface et de leur éclat sont en général toutes différentes des apparences. C’est pourquoi, dans la description astronomique des étoiles, vous trouverez souvent deux indications sur leur éclat. L’une nous dit comment nous voyons ces étoiles à partir de la Terre, ce qui nous importe en astrologie. L’autre nous indique l’éclat ou la magnitude absolue. C’est-à-dire l’éclat qui serait celui des étoiles Si elles se situaient toutes à une même distance de la Terre. Cette valeur est obtenue par un calcul fondé sur la distance et la magnitude apparente. Elle nous indique quel serait l’éclat de l’étoile Si elle se trouvait à 32,6 années-lumière de la Terre.

L’influence des étoiles dans l’astrologie

Dans le zodiaque, les étoiles les plus brillantes, dites de première magnitude1 sont les suivantes:
Étoile Magnitude Latitude
Aldébaran 1.06 5°28′S
Pollux 1.21 6°41′N
Régulus 1.34 0°28′N
Spica 1.21 2°03′S
Antarès 1.22 4°34′S

Il existe 10p22 étoiles. 5 000 ont une magnitude plus brillante que 6,0 et environ 10 000 sont plus brillantes que la magnitude 6,5. Parmi les myriades d’étoiles, les astrologues en utilisent une centaine choisies parmi les plus brillantes. Si 100 étoiles sont valides, pourquoi pas 10p22 ? Nous nous heurtons là à l’habituel raisonnement qui veut faire de l’astrologie une science naturelle. Si 7 planètes sont valides, pourquoi pas tous les cailloux qui se promènent dans le ciel ? La seule réponse cohérente tient dans l’essence même de notre Art. Nous interprétons les signes du ciel, investis d’une signification par le Créateur. Là où il n’y a rien à voir, il n’y a rien à interpréter. Avec une approche différente, selon laquelle la lumière véhiculait « l’influx astral », les astrologues arabes et leurs confrères européens de l’époque classique ont abouti à l’adage: « Nulle lumière, nulle influence ». Très logiquement, ces astrologues utilisent les étoiles les plus brillantes. Et parmi celles-ci, ils sélectionnent celles dont la latitude est assez faible pour qu’elles puissent se lever et se coucher sous nos latitudes tempérées.