Marcher, courir, pédaler : 700 kms pour la bonne cause

Contacter Commenter Site Web Page Web
L'ascension du Kilimandjaro, 200 kms de course vélo en équipe, le Kilimandjaro Marathon, suivi par 450 kms à vélo couché sur les pistes africaines. Un défi réalisé par Marc Brunet, pour récolter des fonds pour les réfugiés du Soudan du Sud.

De retour de son aventure en Afrique, le drômois Marc Brunet a pleinement réalisé les défis qu’il s’était lancés. En effet, au-delà de l’aspect sportif, la mobilisation autour du projet humanitaire a dépassé ses espérances.

A quelques jours de son retour, c’est avec humilité et reconnaissance que ce sportif amateur fait le bilan de son séjour en Tanzanie et au Kenya. Ces 3 semaines à pied et à vélo ont été marqués par des rencontres étonnantes et aussi par des événements imprévus qui ont failli compromettre l’aventure.?Mais ces moments intenses ont été l’occasion d’une immersion quotidienne au sein de la culture et de la nature africaine.

Après l’ascension du Kilimandjaro, c’est sur deux roues et en équipe que l’aventure s’est poursuivie.? « Dans la foulée », il a fallu courir le « Kilimandjaro Marathon ».?Et pour finir, c’est à nouveau en pédalant que Marc Brunet s’est élancé, seul et en autonomie, pour un grand tour du Kilimandjaro en passant par le Kenya et les territoires Massaï.?Il a fallu parfois tirer, pousser le vélo sur ces pistes difficiles, caillouteuses ou ensablées, ou chercher en dernière minute des endroits pour bivouaquer la nuit à l’abri de la faune locale… Une expérience intense vécue avec passion et ouverture, au contact de personnages souvent hauts en couleurs, rencontrés le long de la route.

Mais ce voyage s’inscrivait aussi dans une démarche de solidarité internationale, car l’objectif était de récolter des fonds pour l’ONG Médair.  Les fonds seront consacrés à l’achat de kits d’urgence pour les populations déplacées au Soudan du Sud. Leur pays est malheureusement sous les feux de l’actualité.? Des milliers de soudanais ont afflué vers le sud l’an dernier, et ils sont aujourd’hui plus de 800 000 à déserter les zones de combat. Ils sont dans le plus total dénuement, et ont besoin de tout. A ce jour plus de 8 000 euros ont été réunis pour cette opération, ce qui permettra de fournir 300 kits afin qu’ils puissent s’abriter, cuisiner, se laver.
Aventure en soliDaire a choisi de collaborer avec l’ONG MEDAIR, active sur les lieux depuis plus de 20 ans,  et dont le siège français se trouve à Chabeuil.?Leur compétence et leur réactivité permettra une distribution des kits dans les camps, pour les aider à survivre dans des conditions plus humaines.

Mission pleinement accomplie donc pour cet aventurier, qui fêtera ses 60 ans cette année et se prépare maintenant à raconter son périple par différents moyens.