Politique : Ma lettre de démission envoyée à Jean François COPE

Contacter Commenter Site Web

Mathieu LE SIRE

7, route d’Emanville

27190 LA BONNEVILLE SUR ITON

06.76.17.87.85

Monsieur Jean François COPE

Président

238, rue de Vaugirard

75015 PARIS

Evreux, le 27/11/2013

Objet : Lettre de démission

Lettre recommandée avec avis de réception

Monsieur le Président,

Devant les agissements et événements récents de certains responsables
locaux et départementaux de notre parti, je ne puis rester plus
longtemps passif et silencieux.
Il est des décisions qu’un militant actif et fidèle ne peut cautionner
ou accepter.
On ne peut en tant que représentant d’un parti affirmer à qui veut
l’entendre, vouloir défendre les valeurs et projets de ce même parti et
en parallèle agir en seigneur et maître au mépris du sentiment et
attentes des militants et sympathisants.
Ainsi Bruno LE MAIRE démontre une nouvelle fois si besoin est, sa
volonté de plier tout un département à ses ambitions et exigences
personnelles.
Il ne conçoit la direction de “ses troupes” que dans la soumission
totale faisant fi d’une réalité de terrain, tout autre.
On peut d’ores et déjà voir ici et là dans le département, les
conséquences dévastatrices de sa gestion seigneuriale et ce depuis
quelques années.
Tout le monde (habitants, presse, associations, entrepreneurs, acteurs
sociaux…) s’accorde à valider un constat chaque jour plus évident, de
la légitimité de certains élus dans le département mais voilà, Bruno LE
MAIRE en a décidé autrement et a mis en œuvre son projet que beaucoup
appellent d’ores et déjà, la “machine à perdre” de l’UMP.
Dernier événement en date et non des moindres, l’éviction de Jean-Pierre
NICOLAS, figure emblématique de l’UMP locale et départementale du parti.
Une éviction qui sonne pour beaucoup d’entre nous comme le “fait du
prince”…
C’est pourquoi, monsieur le Président, ne me reconnaissant plus dans les
instances locales et départementales, j’ai décidé de vous remettre par
cette présente ma démission et mon retrait total du parti.
Un parti, qui en la personne de Bruno LE MAIRE n’avance plus pour un
projet d’avenir dans notre département mais pour l’ambition d’un seul
homme et de quelques proches.
Nous avions pour mission de porter les espoirs de toute une population
qui ne croit plus en le politique.
Force est de constater notre échec patent et la sanction, je le crains,
sera d’autant plus cinglante aux prochaines municipales.
Je ne serai donc pas complice et acteur de ce fiasco annoncé.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de ma très haute considération.

Mathieu LE SIRE