S'entraîner en extérieur aux beaux jours : attention à la pollution...

Contacter Commenter Site Web Page Web

Il fait chaud, on s’entraîne dehors mais le monoxyde de carbone et l’ozone dans un air enfumé et pollué peuvent nuire à la santé…

Les recherches lient maintenant la mauvaise qualité de l’air au altérations temporaires des voies respiratoires, avec répercussions sur les performances. Examinons ces risques :

Monoxyde de carbone

Produit par les gaz d’échappement des voitures, le CO est absorbé rapidement une fois qu’il a pénétré dans les poumons et il empêche le sang de transporter la concentration normale d’oxygène : ce volume moindre va donc réduire la capacité de travail. Le CO augmente également la fréquence cardiaque sous maximale et la ventilation. Il peu falloir jusqu’à cinq heures pour que l’organisme élimine le CO.

Ozone

composant principal du smog (brouillard et fumée) résultant de l’action de la lumière ultraviolette sur les gaz d’échappement, l’ozone peut causer des problèmes comme une gêne respiratoire, une toux, un essoufflement et des maux de tête. Les symptômes peuvent persister pendant 24 h.

Voici quelques recommandations pour s’entraîner en été :

Vérifiez l’indice de qualité de l’air annoncé par la presse. Au niveau 3, il y a un risque pour la santé. Lorsque le taux de pollution est élevé, entraînez-vous avant 10h, moment où l’ozone commence à s’accumuler.
Evitez de vous entraîner près des voies à forte circulations. Cherchez plutôt des zones ouvertes, balayées par des vents et où les polluants sont facilement dispercés. Afin de ne pas respirer les fumées d’échappement, entraînez-vous du côté contre le vent.
Quand le niveau de pollution est élevé ou que vous ressentez une gènes respiratoire, diminuez l’intensité et la durée de l’effort.
Si vous avez des difficultés à respirer, arrêtez-vous. Une constriction des voies aérienne indique une mauvaise qualité de l’air.
Entraînez-vous à l’intérieur. Au lieu d’un travail aérobique qui impose une forte contrainte respiratoire, préférez la musculation avec un nombre réduit de séries et de répétitions.