Une femme s' enchaine pour les bébés volés en Espagne

Contacter Commenter

Une femme s’ est enchainée à la grille de la Generalitat de la ville espagnole de Valencia depuis le samedi 08 juin pour réclamer son droit

“Je m’ enchaîne pour les 300.000 mères a qui on a volé leurs bébés”

Elle le fait pour exiger l’ exhumation de la tombe de sa fille. Elle demande aussi la réouverture de tous les cas archivés, une investigation exhaustive de tous les cas d’ enfants volés et la non prescription de ces crimes de lèse humanité.
En effet, des années 40 jusqu’à la fin des années 1980, l’Espagne a laissé prospérer dans la plus grande opacité un vaste trafic de nouveau-nés orchestré par un réseau de médecins, de religieuses et de fonctionnaires de l’état civil. Et ceux qui réclament leur vrai identité ou les parents abusés voient dans la plupart des cas leur demande rester vaine car l’ Etat espagnol bloque les veritables archives et classe toutes les demandes en “cas archivés” et non vérifiables.
Désesperée, Praxe Maxim, une mère à qui on refuse l’ exhumation des restes de sa fille née en 1982, et soi-disant morte mais dont l’examen du cas laisse suspecter fortement un vol déguisé, s’enchaine à la grille de la Generalitat de valencia, afin d’interpeler l’ attention du monde et de la justice espagnole, “jusqu’à ce qu’il faudra”. Mais elle subit déja des intimidations et les agents de police lui ont laissé plusieurs PV pour ‘occupation de l’espace public’ et autre justification formelle… Et oui, elle n’a que CET ESPACE PUBLIC en désespoir de cause pour faire valoir ses droits !

Bébés volés Espagne femme s’enchaine à grille Generalitat Valencia