KT Wong Foundation - La Divine à la Cinémathèque française

Contacter Commenter Site Web
La KT Wong Foundation annonce la projection, en France, d'une version remastérisée du classique du cinéma muet La Divine, afin de célébrer les 50 ans des relations franco-chinoises.

La KT Wong Foundation (www.ktwong.org) a le plaisir d’annoncer la projection, le 24 juin, d’une version récemment remastérisée du film chinois classique La Divine (1934) à la Cinémathèque française, à Paris, accompagné par une nouvelle partition spécialement créée et qui sera interprétée en direct par un orchestre. La soirée sera présentée par Frédéric Mitterrand.

À l’initiative de Lady Linda Wong Davies, fondatrice de la KT Wong Foundation, ce projet célèbre le 50e anniversaire des relations diplomatiques franco-chinoises. Il marque le premier partenariat entre la KT Wong Foundation, la Cinémathèque française, le British Film Institute et la China Film Archive. Lady Davies, fondatrice de la KT Wong Foundation, déclare : « L’essor fulgurant de l’industrie du film chinois de nos jours est impressionnant et reflète la prospérité économique incroyable du pays. En projetant La Divine, une perle du septième art chinois, nous souhaitons offrir au public français un aperçu de l’exigence artistique des débuts du cinéma chinois, qui remonte aux années 20-30. » La Divine, réalisé en 1933 à Shanghai, fut le premier film du scénariste et réalisateur Wu Yong Gang, qui poursuivit sa carrière de réalisateur en Chine jusqu’en 1982.

Avec Ruan Lingyu dans le rôle principal, ce film a conservé son statut emblématique. Il est l’un des premiers films à avoir été restaurés par la China Film Archive. La Fondation a récemment chargé l’éminent compositeur chinois Zou Ye de composer une nouvelle partition pour ce film. La musique fait partie intégrante de l’identité et de la perception du film. Cette nouvelle composition est donc une interprétation contemporaine d’un chef-d’œuvre classique. Lady Davies déclare : « Au travers de cette projection inédite, nous voulons rappeler au monde cette période exclusive de l’histoire du cinéma chinois, qui débordait de créativité. Les réalisateurs chinois étaient comparables, d’un point de vue technique et artistique, aux grands maîtres de l’Occident de la même époque.

Citons Metropolis, de Fritz Lang (1927). » Elle poursuit : « La France entretient de longue date d’excellentes relations avec la Chine. Elle fut le premier principal pays occidental à reconnaître officiellement la Chine en 1964. Chinois et Français partagent également la passion du cinéma et ont tendance à s’inspirer de leurs patrimoines artistiques mutuels. Cinquante ans après ce rapprochement historique, la KT Wong Foundation est fière de célébrer l’anniversaire des relations franco-chinoises en organisant, en 2014, une kyrielle d’événements artistiques exaltants en France et en Chine. » La première, qui aura lieu le 24 juin à la Cinémathèque française, à Paris, marque le début d’une rétrospective de 15 films, évolutions passionnantes du cinéma chinois.

Cette sélection se penchera tout particulièrement sur le rôle des femmes dans l’histoire chinoise du siècle dernier, vu à travers le septième art. La question de l’émancipation des femmes a été largement explorée dans le cinéma pré-révolutionnaire. La célèbre citation « Women Hold Up Half The Sky » traduit la volonté communiste de promouvoir l’égalité des sexes après la révolution de 1949. Parmi les autres projets de la Fondation dans le cadre des échanges culturels franco-chinois de 2014, citons le soutien à l’opéra Ariodante d’Haendel au Festival international d’art lyrique d’Aix-en-Provence, qui se tiendra en juillet. La KT Wong Foundation soutiendra également l’unique concert en France (déjà à guichets fermés) de Lang Lang, le pianiste chinois de renommée mondiale, qui aura lieu au théâtre des Champs-Élysées le 17 novembre prochain. Une projection spéciale du documentaire de la BBC/KT Wong Foundation sur la vie de Lang Lang, intitulé Do or Die, précédera le concert.

À propos du compositeur chinois Zou Ye

Né en 1957 dans la province du Henan, Zou Ye a appartenu à la première génération de compositeurs de musiques de film du Conservatoire de Musique Wuhan. Il est surtout connu pour sa collaboration avec des réalisateurs chinois de la cinquième génération, tels que Huang Jian Zhong (Spring Festival, 1991) et Yin Li (The Knot, 2006). Zou a pris part à l’expansion la plus passionnante de l’industrie du film chinois depuis le début des années 80. Il a composé plus de 100 œuvres pour la télévision et le cinéma. En outre, Zou était le compositeur résident honoraire de l’un des plus grands orchestres chinois, le China Philharmonic Orchestra.

Lady Linda Wong Davies

Née à Singapour et élevée en Malaisie, Lady Davies a terminé son Master d’économie aux États-Unis. Cependant, la passion de la musique et de l’art lui avait été transmise par son père défunt, Dato Wong Kee Tat, lui-même philanthrope, à qui la Fondation doit son nom. Au travers de la Fondation, la vie de Lady Davies est dominée par son engagement actif et avant-gardiste dans une série d’événements culturels, dont une coproduction avec le Théâtre royal de la Monnaie/de Munt de l’opéra Semele, de Haendel (mis en scène par l’éminent artiste chinois Zhang Huan à Bruxelles, à Toronto et à Pékin). Elle relève également le défi de mettre en scène la toute première production de Parsifal, de Wagner, en Chine (Festival de musique de Pékin, octobre 2013). Citons encore la retransmission sur grand écran du Frankenstein de Danny Boyle dans le cadre du National Theatre Live, devant un public conquis à Shanghai et à Pékin en 2012. À la demande générale, cette production a aussi été retransmise à Where China en mars 2014. En sa qualité de productrice de documentaires télévisés, Lady Davies a collaboré à la série Imagine de la BBC sur la vie du célèbre pianiste Lang Lang (Do or Die) et sur Barenboim et Beethoven, un documentaire filmé pendant la première tournée chinoise du West East Divan Orchestra. Non contente de produire le premier opéra de Benjamin Britten en Chine, Lady Davies s’engage cette année à installer des résidences pour jeunes metteurs en scène au Young Vic, pour donner la possibilité aux jeunes musiciens chinois et britanniques de prendre part à des échanges pédagogiques enrichissants.

À propos de la KT Wong Foundation

Fondée en 2007, la KT Wong Foundation (www.ktwong.org) entend concilier le traditionnel et le contemporain et célébrer la culture chinoise et occidentale. La Fondation joue le rôle de catalyseur, de sponsor et de producteur pour des entreprises créatives et innovantes qui réunissent des talents établis et émergents issus d’un éventail de disciplines culturelles. Elle s’engage également à consolider les relations et les liens d’amitié entre la Chine et le reste du monde.