Une élection pourquoi faire ?

Contacter Commenter Site Web
La sublime révolution serait que nous n'ayons plus à élire qui que ce soit pour que le monde tourne bien.

Ils sont si nombreux, ceux qui veulent nous donner le bonheur en prêchant des préceptes incontournables sur la façon dont, ils vont l’établir dans notre société.

Tous ces hommes et femmes généreux, bardés d’une dose de philanthropie inaliénable  du peuple, se font querelle pour accéder à ces postes honorifiques de guides de la nation souveraine.  Que n’avons-nous de la chance d’avoir tant de personnes compétentes et dotées d’un savoir si immense pour nous mener à la plus belle des apothéoses.

Comme si l’éloquence et la verve de ces hauts personnages ne suffisaient pas, nous avons ces fameux médias, qui nous harcèlent chaque jour de l’épopée magistrale de ces ardents chevaliers en quête de reconnaissance identitaire. L’usage des mots et des images devient une pratique ordinaire de l’endoctrinement des consciences humaines.

Nous, simple peuple, nous adhérons à la manipulation subliminale qui s’opère, conscients mais soumis à l’emprise de cette entreprise médiatique qui parle en notre nom et façonne notre jugement. Ces hauts dignitaires, candidats aux élections, ne sont pas plus méritants que d’autres qui sont morts depuis. Ils nous assènent les mêmes programmes, nous promettent monts et merveilles.

Ils nous font assister aux mêmes spectacles, s’insultant, se dénigrant, répétant des propos appris par cœur, se référant toujours au passé des uns et des autres, se certifiant de fils spirituel d’un qui en sont temps s’est fait connaître par une action identifiable par tous.  Ils allient tous un curieux penchant au retour à l école maternelle.

En effet, tels des enfants, ils se rejettent les fautes, colportent des commérages, font même cas des indélicatesses physiques des uns et des autres. Ils sont pour beaucoup grossiers, imbus de leur personne et ne savent pas quelle est la vraie valeur du mot respect.

A voir tant d’infantilisme, on se demande, si la plupart de ces personnes ont la capacité nécessaire pour accomplir ce qu’elles nous promettent.En effet, elles ne semblent pas montrer la moindre parcelle de sagesse, fondamentale, pour faire en sorte que nous les considérions comme des exemples à suivre.

Le plus grave, c’est que ces élans de débordements verbaux, nous sont relayés en boucle par des médias omniprésents qui font de la surinformation. En fait, nous ne savons même plus ce qui est vrai ou faux pour autant qu’eux même le sache.

Tout n’est que propos à faire des feuilletons, comme pour maintenir en haleine le simple citoyen. Et comme un malheur ne vient pas seul, nous avons tous ces fameux experts en tout genre qui viennent nous expliquer, ce que nos cerveaux, si attardés, ne sauraient comprendre, et par la même, nous faire leur sacré saint projection de l’avenir qui nous attend.

Pourtant,  tout cet agrégat de matière grise n’a jamais pu nous soustraire des calamités qui frappent nos sociétés. Si l’expérience et l’histoire devaient servir à quelque chose, c’est bien à ne pas refaire les mêmes erreurs et progresser vers un mieux vivre. En somme, le peuple est pris dans un engrenage où le virtuel a plus de poids que la réalité.

Les instituts de sondage sont là pour mener les débats et exercent leur pression, soit disant involontaire, sur le comportement de chacun. Le raisonnement n’est plus une réflexion intime, mais la résultante d’influences diverses qui conçoivent nos actes sous l’arbitraire d’un inconscient saturé.

Pourtant rien ne semble menacer cette mécanique, si précise, qu’est la stratégie politique. Les siècles passent sans que les discours changent. La mal être des hommes est bien présent, malgré une évolution technologique qui atténue certains maux et qui en crée d’autres. Les hommes n’ont pas le courage de donner un sens à leurs vraies revendications. Ils veulent sans cesse, faire des réformes, créer d’autres lois, d’autres règles, alors qu’ils n’appliquent pas celles déjà existantes.

L’égoïsme des uns fait, qu’ils ne veulent en rien perdre leurs privilèges et la faiblesse des autres, fait qu’ils sont prêts à se laisser convaincre par des belles paroles de ceux qui ont l’art de la manipulation.De sorte que malgré notre intelligence avérée, nous restons que de simples animaux qui demandons toujours à être guidé par un dieu ou par un humain que l’on pense exceptionnel. Cependant, rien ne change. Plus nous sommes capable de communiquer, plus nous mettons en exergue notre magnifique intelligence et plus les choses dégénèrent sur cette planète.

Quel est l’intérêt d’avoir crée une civilisation d’égoïstes intelligents ? En définitive,  au constat que le genre humain est une espèce imprévisible, malléable à souhait et que bien que détenant une mémoire sait se faire amnésique en temps opportun. Quel sublime érudit pourrait nous dire : c’est qui, qui vote pour qui ?  Raymond Procès. www.raymondproces.com