Répondre à A vos pages

  1. Le premier livre de Pierre Barouh, "Les Rivières Souterraines" sera bientôt en librairie.

    Jean Cormier nous parle des Rivières souterraines… :
    « Il y a ceux qui rêvent les yeux ouverts et ceux qui vivent les yeux fermés... »
    En chantant ses mots Pierre Barouh se raconte.
    Pierrot est un mec à part, le dernier d'une tribu cousine des Mohicans, où l'on prend la plume pour écrire sur « la mémoire du vent ».
    Pierrot est un rebelle qui guerroie contre « la dictature du code barre ». Un y a un langage Barouh. Les Rivières souterraines…, titre qu'il a choisi pour son bouquin, soutend une vie de baroudeur de l'esprit. Doux d'apparence, le verbe posé, le Barouh épie, sait se faire oublier. Puis quand quelqu'un faute, il bondit sur sa proie et, en deux phrases à la « nitro-nitropeu », il la broie. S'il a rendu hommage à Brassens, le Sétois le lui a rendu. Il a joué au tennis avec Redford, au volley sur les plages de Rio, avec les mots avec Blondin, aux jeux de l'amour avec Anouck Aimé.
    Lui qui affirme que la contrainte sollicite l'imagination, il a le culot de s'enfoncer dans une mangrove, qu'elle soit parisienne, nippone, québécoise ou brésilienne, pour en sortir comme un magicien, avec une chanson de rêve et de réalité à la fois, au style si pure qu'on ne peut pas imaginer combien de sueur elle lui a coûté.
    Nous aimons tes sourires à l'envers Pierrot, nous aimons Wellington ta chanson où tu communiques en tapant du pied avec nos frères maoris néo-zélandais. Ton livre, Les Rivières souterraines… déborde de tendresse. Déborde de toi. Elles se lovent tes rivières et nous y prenons des bains debout. Comme toi, car tu n'es pas du genre à plier, notre pilier d'amitié.

    Jano de chez Cormier

Envoyer une réponseVotre message :

Votre Prénom :  
Votre adresse Email :