Un voyage au coeur de l’art autochtone: de l’Alaska à l’Oklahoma

Contacter Commenter Site Web

Un voyage initiatique au cœur de l’art contemporain autochtone d’Amérique du Nord :

De l’Alaska à l’Oklahoma

Comme chaque année la Galerie ORENDA invite le public français à faire un voyage au cœur de l’art autochtone contemporain nord-américain.

Le voyage commence en Alaska, où les artistes Inuit, Sugpiag ou encore Tlingit, sont sculpteurs de masques et de bas-reliefs en bois. Inspirés par  leurs traditions ancestrales, ils transposent le symbolisme et la cosmologie traditionnels en les réinterprétant librement : dialogue avec les ancêtres, relation avec la terre  et les flots, rituels liés à la pêche et à la chasse.

Aux côtés des grandes figures de ce renouveau artistique que sont Perry Eaton et Larry Ahvakana, sculpteurs de masques, on remarque les élégantes compositions graphiques en bois sculpté et peint de la jeune artiste Crystal Worl. À leurs côtés, représentant éminent de la créativité des artistes autochtones du Grand Nord, Preston Singletary, formé par des maîtres italiens, et dont le verre est le matériau de prédilection.

Le voyage nous mène plus au Sud, jusqu’au pays des Osage et des Cherokee. L’écologie et les matériaux issus de la nature sont  toujours à l’honneur : sculptures en bronze montées sur du bois « trouvé » sont  le support  de celle  que l’on commence à nommer la Giacometti amérindienne : Holly Wilson. Ses petits personnages posés sur du bois brut représentent la  famille et son histoire. Et, pour la première fois à Paris  Yatika Fields, jeune artiste qui a commencé par du street art, expose ses compositions subtiles peintes sur  de fines feuilles  de bois, créées pour cette exposition.

À l’Ouest, nous atteignons les terres des Kiowa et des Hopi. N. Scott Momaday, Cocteau amérindien, écrivain couronné par le Prix Pulitzer pour son roman La Maison de l’Aube, présente un saisissant portrait d’Indien tourmenté, peinture sur bois intitulée Origines. Et les Kachinas d’artistes contemporains Hopi,  Manuel Chavarria et Justin Lomatewama  font planer sur l’exposition leurs esprits facétieux,  chaque figurine étant porteuse d’un message : guérison, courage….

Le voyage s’achève en Oklahoma, pays des Chickasaw. De ces plaines arides nous vient celle  que l’on surnomme la Kandinsky amérindienne : Brenda Kingery qui, simultanément, est honorée  par une rétrospective à l’Université d’Oklahoma.  Ses tableaux sont inspirés par le rythme et les couleurs des cérémonies traditionnelles. L’artiste transpose, par une technique enrichie par sa formation auprès de maîtres japonais des moments de grâce, d’émotion, de recueillement et d’allégresse.

Le lien profond avec  l’environnement est aussi illustré par une artiste québécoise, Sandra Veillette et ses « aimants de la Nature ». Singulières miniatures qui intègrent plumes ou éléments soigneusement recueillis  dans les grands espaces canadiens qui sont appliqués sur des aimants, créant de petites sculptures  insolites.

Exposition à la Galerie ORENDA. 54 rue de Verneuil. 75007 Paris. Metro Rue du Bac. Ligne 12

Du 6 juin au 20 septembre 2019. Ouverture du mercredi au samedi: 14h30  - 19 heures