La Suisse au coeur de l'Europe

Contacter Commenter Site Web Page Web

On parle souvent de la neutralité de la Suisse….

Saviez vous que cette position helvétique date d’après les guerres napoléoniennes du début du 19e siècle ? Il aura d’ailleurs fallu attendre près de 300 ans pour que la Suisse commence à entamer un processus de “dé-neutralisation”. En effet, il aura fallu attendre 2002 pour que la Suisse rejoigne les Nations Unies ! Intégralement Entourée par l’Union européenne, peut à peu elle se lie avec son puissant voisin et d’autres organisations internationales.

Bien qu’elle se trouve près du centre géographique de l’Europe, et effectue la plupart de ses échanges avec ses voisins européens, elle n’est pas membre de l’UE. Un référendum en 2001 allait d’ailleurs à l’encontre d’une quelconque ouverture des négociations au sujet de l’adhésion.

Un pays à part…

L’adhésion à l’Espace économique européen a également été rejeté par un référendum en 1992 et les relations Suisse-UE sont désormais basés sur un large éventail d’accords bilatéraux.

Les liens se resserrent en 2005 quand un référendum soutien l’adhésion à l’accord Schengen et celui de Dublin proposés par l’Union Européenne. Depuis cette date la Suisse est entrée dans la zone sans passeport de l’Europe et renforce la coopération sur les questions de criminalité et d’immigration. Un autre référendum la même année a ouvert le marché du travail aux travailleurs des 10 nouveaux pays membres de l’UE.

Dans le même temps la Suisse a été progressivement contrainte par la pression internationale pour permettre un examen plus approfondi de son secteur bancaire, en raison des craintes grandissantes concernant le blanchiment d’argent et le financement des groupes terroristes.

Le pays constitue un carrefour culturel et linguistique de l’Europe, avec environ les deux tiers de la population parlant l’allemand, environ un cinquième français et environ 7% italien. Le Romanche, la quatrième langue nationale, est parlé par moins de 1% de la population.