La Startup est dans le pré

Contacter Commenter Site Web Page Web
A l’instar de nombreux entrepreneurs, les dirigeants de la startup OneMuze ont choisi de relocaliser leurs bureaux en Province, à la campagne. Au programme : cadre de vie et économies...

La Startup est dans le pré

Là où naissent les nouvelles opportunités

Si Paris, son attractivité et son réseau, ne manque pas d’atouts pour tout bon entrepreneur, le coût prohibitif du locatif, les salaires élevés et la qualité de vie conduisent de plus en plus de jeunes pousses à s’installer en Province et dans nos campagnes.

Les territoires l’ont d’ailleurs bien compris, les écosystèmes locaux se multiplient et rivalisent d’ingéniosité pour attirer les jeunes entrepreneurs. Outre la création de nombreux espaces de co-working destinés à rompre l’isolement géographique, les institutionnels proposent désormais des mesures hautement incitatives.

L’Auvergne, via son programme New Deal Digital, finance les locaux, les appartements et les salaires des Start-up. La structure « La Start-up est dans le Pré » ambitionne de détecter et de faciliter l’implantation des jeunes talents et décline ses évènements et ses structures d’accompagnement dans les territoires ruraux comme l’Aude ou la Lozère.

L’exemple de OneMuze

Pour les dirigeants de la start-up OneMuze, une plateforme et un réseau en ligne dédiés aux métiers d’arts, c’est l’Est de la France, et précisément la ville de Baccarat qui s’est imposé comme l’alternative.

Pour David Boryziak, président et cofondateur de OneMuze « Après des années à Paris, à subir la pollution, le bruit et le manque d’espace, ici on a enfin le sentiment de respirer. J’ai l’impression de retrouver un certain équilibre de vie. »

Son associé et co-fondateur, Sébastien Chapelier d’ajouter : « Choisir un territoire rural présente de nombreux atouts. Nous nous sommes installés au sein d’un collectif d’artisans d’art* dans une ancienne taillerie réhabilitée par la commune, pour un loyer très attractif. Et puis développer un projet autour des métiers d’art dans la cité de Baccarat, célèbre mondialement pour son cristal, cela à particulièrement du sens. »

«(…) D’une manière générale les institutionnels et les financeurs locaux** jouent le jeu. Ces structures ont bien compris l’intérêt d’encourager et de retenir les compétences sur un territoire. »

* Le collectif « Esthétique et parure » est porté par le Pôle bijou Baccarat
** OneMuze est notamment soutenu par SNCF Développement, le Crédit Mutuel, le dispositif PFIL et le réseau entreprendre Lorraine.

Paris reste un incontournable

Mais pour les fondateurs, même au vert, tout n’est pas idyllique et l’installation à « la campagne » reste une décision à réfléchir.
« Recruter des compétences pointues, notamment dans les nouvelles technologies peut s’avérer difficile et il faut compter également avec les besoins élémentaires d’une Start-Up… comme une connexion internet fiable »

Avec la labélisation Frenchtech, de nombreuses métropoles bénéficient désormais de plus de visibilité et gagnent en crédibilités, pour autant Paris et ses réseaux décisionnels reste un incontournable.

Pour son Président il était impensable que OneMuze rompe tout lien avec la capitale.
« Nous avons choisi de rester à moins de deux heures de Paris, les évènements majeurs liés aux métiers d’art et au numérique restent concentrés sur la capitale. Nos principaux partenaires ont d’ailleurs leurs bureaux sur Paris. TEKTOS l’accélérateur qui nous accompagne nous permet d’intégrer un réseau qui reste très centralisé et de disposer d’un espace pour les recevoir facilement. »

Visuels téléchargeables à cette adresse : www.onemuze.com/wp-content/uploads/2015/12/visuels_CP3.zip

Contact Presse :

M. Sébastien Chapelier
Directeur Général
E-mail : sebastien@onemuze.com
Retrouvez notre dossier de presse sur : http://onemuze.com/wp-content/uploads/2015/12/DP_nov2015.pdf