La formule de politesse ou l'art de finir ses lettres avec élégance

Contacter Commenter Site Web Page Web
Vous pensez que les formules de politesse sont désuètes et hypocrites. Et pourtant, vous cherchez la phrase appropriée pour terminer vos lettres... Existe-t-il des règles en la matière ?

On appelle “formule de politesse » la dernière phrase d’une lettre, juste avant la signature…

Elle se compose d’expressions convenues, auxquelles on reproche parfois d’être pompeuses, désuètes, voire complètement dépourvues de véritable sens. Mais si cet usage perdure c’est que la formule de politesse a une véritable raison d’être. Il serait aussi malvenu de s’en priver que de renoncer aux « bonjour », « merci », « je vous en prie » qui agrémentent et facilitent la vie quotidienne.
Les plus cyniques jugeront avec Montaigne que « la politesse coûte peu et achète tout » et cela pourrait suffire pour les inciter à soigner la rédaction de leurs lettres jusqu’au détail de la formule finale. Mais la politesse est bien davantage qu’un moyen de parvenir à ses fins. C’est une forme de reconnaissance de l’autre, dont Rolland Barthes disait qu’elle « est plus généreuse que la franchise, car elle signifie qu’on croit à l’intelligence de l’autre. »

C’est pourquoi il importe de donner à la formule finale de ses courriers un sens véritable.

Ici, comme ailleurs, il importe finalement de savoir ce que l’on veut exprimer et l’on peut toujours trouver une formule qui soit polie sans être obséquieuse.
A moins de vouloir marquer son mécontentement, on s’abstiendra ainsi de donner des ordres (veuillez, recevez, acceptez…). « Veuillez agréer mes salutations » ne convient en effet que pour terminer une lettre de mécontentement. (Je veux bien vous saluer, mais ne m’en demandez pas trop…). Généralement, les formules « Je vous prie d’agréer » ou « je vous prie de bien vouloir agréer» sont préférables.
On privilégiera donc certains termes ou expressions selon ce que l’on veut exprimer et la relation que l’on souhaite établir. Les possibilités sont infinies :
- Je vous prie de / Je vous prie de bien vouloir / Veuillez
- agréer/ recevoir/ croire/ accepter
- l’assurance de / l’expression de
- mes salutations /ma considération / mon respect / ma gratitude / mes sentiments…
- profond/ distingué/ parfait/ sincère/ meilleur…

Il convient cependant d’être attentif aux tournures qui n’ont que l’apparence de la politesse

- Je vous prie d’agréer l‘expression de mes salutations (que penser de quelqu’un qui n’adresse pas des salutations, mais seulement l’expression de salutations ?)
- Je vous prie, Madame, de bien vouloir recevoir l’expression de mes sentiments les meilleurs. (en principe, un homme qui écrit à une femme devrait s’abstenir de lui adresser ses sentiments).
- Je vous prie de croire en l’expression de ma parfaite considération (On croit en Dieu. On croit à l’assurance de la considération d’autrui)
- Veuillez croire à mon profond respect. (Si l’on éprouve vraiment du respect pour le destinataire de la lettre, mieux vaut s’abstenir de lui donner des ordres…)
- En espérant que ma candidature aura retenu votre attention, veuillez agréer… (Attention à la concordance des sujets ! Cette phrase signifie «vous espérez que ma candidature aura retenu votre attention » Il faut donc écrire «En espérant que ma candidature aura retenu votre attention, je vous prie d’agréer… »)