Angoulême déploie un service d’autopartage électrique : Mobili’volt

Contacter Commenter Site Web Page Web
Lancé le 3 décembre dernier, ce service permet le partage de véhicules électriques entre particuliers et entreprises dans tout le Grand Angoulême. La cité avait au préalable mené une campagne de déploiement de bornes pour voitures électriques, fruit d’une politique volontariste de partage et d’économie.

Un système d’abonnement, 12 véhicules en partage et 5 stations réparties en ville

Il faut d’abord s’abonner au service, pour un coût mensuel démarrant à 4,50 € (tarif étudiant déjà abonné au Service des Transports du Grand Angoulême). Les véhicules peuvent ensuite être réservés, pour une demi-heure ou plus, à partir d’un site Web.

Ce site indique les disponibilités des véhicules électriques parmi les 5 stations que compte le réseau. Ces dernières sont réparties sur toute l’agglomération : Champ de Mars, Franquin, Gare, Grande-Garenne et Pôle Image-Magelis. Les véhicules peuvent être rechargés là, des places de stationnement étant équipées de bornes de recharge pour voitures électriques.

La carte d’abonnement permet également de prendre le bus, ce service faisant partie du cahier des charges. Le site Web de réservation des véhicules en partage indique donc aussi les horaires des bus sur le réseau.
Mode d’Emploi - mais c’est très simple !

Le mode d’emploi du service est très simple et très bien expliqué sur le site MobiliVolt.fr. On peut s’y abonner 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 - penser à se munir de son permis de conduire, du scan d’un justificatif de domicile et d’une photo d’identité et de ses coordonnées bancaires. Plusieurs formules d’abonnement sont possibles.

Une fois la carte d’abonné reçu, rien de plus simple que de réserver un véhicule sur le site Web - jusqu’à 15 minutes avant l’utilisation du véhicule. Pour récupérer le véhicule, la carte permet de débloquer la borne de la voiture électrique et d’accéder à l’intérieur de la voiture. On y range le câble électrique et on y fait l’état des lieux sur un écran tactile embarqué. Au retour, un nouvel état des lieux est à réaliser sur le même écran, la carte d’abonné est à passer sur la borne, le câble est à brancher à nouveau pour assurer la recharge de la voiture électrique et la carte d’abonné est utilisée pour verrouiller les portes et le coffre du véhicule.

Limiter les transports polluants et aider les habitants sans voitures

Philippe Lavaud, Président du Grand Angoulême, précise que le projet « Mobili’volt s’inscrit dans notre projet global de favoriser des transports moins polluants et de contribuer à une ville plus propre, plus solidaire et plus attractive. » D’après lui, « Mobili’Volt est un moyen de répondre aux besoins de déplacements complémentaires qui ne peuvent être assurés à pieds ou en transports collectifs pour des questions de distance, de volume transporté… L’auto-partage est également une réponse à l’augmentation des coûts de déplacements et pour les quelques 20 % des ménages d’Angoulême qui n’ont pas de voiture. »
Un modèle et un service transposables un peu partout en France

Aider les ménages sans voitures…

…réduire les émissions de CO2, permettre les déplacements longs ou les transports volumineux dans ce contexte : toutes ces bonnes raisons sont parfaitement transposables un peu partout en France. Un tel service devrait donc pouvoir être étendu à de nombreuses autres agglomérations métropolitaines. D’autant que le Grand Angoulême n’est pas le premier à se lancer dans l’aventure. Paris, Nice ou La Rochelle s’y étaient déjà essayé avec succès. Le fournisseur des véhicules électriques est d’ailleurs le même dans ces deux dernières villes et à Angoulême.
Le déploiement et l’exploitation technique du service ont été confiés à la société Cofely Ineo, du groupe GDF Suez, qui a travaillé en partenariat avec eColibri et Mia Electric (fournisseur des véhicules électriques).