La franchise… un gouffre financier ?

Contacter Commenter Site Web Page Web

La franchise est parfois considérée comme un eldorado entrepreneurial. Parce qu’on est épaulé par un réseau, on pense à tort qu’il est aisé de se lancer dans un tel projet. Néanmoins, il est primordial de bien étudier cette forme de création d’entreprise, les coûts pouvant être rapidement élevés. Voyons les différents postes de dépense qu’entraine la création d’une franchise.

Le droit d’entrée

Le droit d’entrée est une redevance initiale forfaitaire ; vous entendrez parler également de RIF. Il s’agit en fait d’une somme obligatoire que le franchisé doit verser au franchiseur pour pouvoir rejoindre son réseau. Le montant varie généralement de 10 000 à plus de 50 000 €. Il existe toutefois des enseignes qui n’exigent pas de droit d’entrée.
Le droit d’entrée va servir à couvrir certains frais pour la franchise. On peut citer notamment le droit d’enseigne, l’exclusivité d’exploitation ou encore la formation initiale du franchisé. Concrètement, recruter un nouveau candidat coûte cher au franchisé ; il minimise donc cette dépense via le droit d’entrée.

L’apport personnel

Comme son nom l’indique, l’apport personnel est la richesse propre du franchiseur. Le prêt bancaire par exemple n’est pas inclus dans l’apport personnel. Bien souvent, ce montant devra être égal ou supérieur à 30% de l’investissement initial ; preuve d’une situation financière en bonne santé.
Le montant personnel dépend énormément du secteur d’activité du réseau que l’on souhaite rejoindre. Une franchise de services par exemple, nécessite un apport personnel moins élevé qu’une franchise de restauration.

L’investissement global

Il s’agit de la somme qu’il faut au futur franchisé pour lancer son point de vente. Ce montant est exprimé hors frais de local. Si cette somme n’est pas fixe en soit, elle est néanmoins indiquée à titre indicatif comme estimation moyenne des coûts observés dans le réseau.
Concrètement l’investissement global va couvrir quatre types de frais :

  • les immobilisations incorporelles (ex : droit d’entrée)
  • les immobilisations corporelles (ex : mobilier)
  • les immobilisations financières (ex : dépôt de garantie)
  • les autres éléments (ex : frais d’ouverture)

Comme on vient de le voir, créer une franchise c’est aussi faire face à un investissement financier lourd. Aussi pour valider son projet, il est nécessaire d’établir un business-plan solide.