Pétition contre l’augmentation du tarif des cartes grises en Franche-Comté

Contacter Commenter Site Web Page Web
La pétition lancée contre la hausse du prix de la carte grise en franche-Comtée à Marie-Guite Dufay, présidente de la région Bourgogne Franche-Comté rencontre un franc succès

La pétition lancée contre la hausse des tarifs de la carte grise en Franche-Comté rencontre un franc succès avec plus de 8000 signatures, seulement quelques jours après son lancement.

Cette augmentation représenterait une ponction de 17 M€ par an sur le pouvoir d’achat des seuls franc-comtois ! Dans le même temps les 100 conseillers régionaux se sont octroyé une hausse de rémunération de 20 % de leurs indemnités. Cherchez l’erreur !

Il s’agirait en outre d’une promesse de campagne non tenue de Marie-Guite Dufay car elle avait annoncé pendant la campagne : “la taxe locale sur les cartes grises qui nécessitera une harmonisation progressive pendant la durée du mandat, avec le souci de modérer l’impact sur le pouvoir d’achat des ménages.”

Cette mesure représenterait :

· 2 à 3 % pour une voiture d’occasion de 3000 €· 17 M€ de prélèvement supplémentaires supportés par les seuils franc-comtois

Ce qui est triplement choquant dans ce dossier, c’est :

  • La volonté de passer en douce, sans débat préalable, ce qui dénote une étrange notion de la démocratie (la présidente avait demandé à ses troupes la discrétion jusqu’au jour de l’assemblée plénière qui devait la voter)
  • La pénalisation des revenus les plus modestes qui seront les plus touchés par cette augmentation (drôle de conception de l’idée socialiste)
  • Le sacrifice demandé aux seuls franc-comtois par l’ancienne présidente de la Franche-Comté, devenue présidente de la nouvelle Région

Il semble que la présidente considérait que cette ponction supplémentaire ne représentait que 0,3% de hausse pour une voiture de 12000 €. Elle avait complètement oublié qu’elle touche aussi l’immatriculation des voitures d’occasion à 3000 € pour lesquelles le % est beaucoup plus important

On aurait pu penser que seuls les franc-comtois se sentiraient concernés, mais un quart des soutiens à la pétition viennent de Bourgogne, ce qui dénote une belle solidarité au sein de la nouvelle région contre une décision inique.

La pétition est toujours ouverte sur le site change.org