Le projet de TVA sociale et le SMIC

Contacter Commenter Site Web Page Web
Nous entendons beaucoup de chose actuellement sur le projet de TVA sociale, certain disent que cette réforme sera bénéfique pour les salariés au SMIC d'autre disent qu'au contraire se sont les foyers à plus faibles revenus qui vont payer.

Le gouvernement souhaite mettre une place la TVA sociale… il faut savoir en quoi cela consiste.

Le principe consiste à faire baisser les charges sociales qui pèsent sur les entreprises. Si on prend l’exemple d’un salarié payé au SMIC sachant que le SMIC 2012 est de 1398,37 euro brut et que sont SMIC net correspond environ a 1098,28 euro, ce salarié pour se retrouver avec un salaire net supérieur à ses 1098,28 euro c’est donc une augmentation de pouvoir d’achat.

Donc jusque là on se dit bonne nouvelle ! Mais non …

Les entreprises paye moins de charges, les salariés sont plus payés, donc les produits sont moins chers à la vente. Hors cette réforme est suivie d’une augmentation de la TVA, ce qui fait que la vie en général sera donc plus chère.

D’autre parts la baisse des prix n’est valable seulement sur ce qui est produit en France mais, la hausse de la TVA sera générale. Donc la hausse des prix dépasse largement la hausse des salaire. Notre pauvre salarier avec son SMIC horaire de 9,22 euro et son SMIC horaire net même rehausser ne va pas aller bien loin…

Un commentaire à “TVA sociale : quelles conséquences pour le SMIC 2012 ?” - Cliquez-ici pour commenter.

  1. La TVA sociale, en étant accompagnée d’une baisse des charges salariales, cherche à accroître la compétitivité du travail et donc des produits fabriqués en France. L’idée est qu’en diminuant le coût du travail, le jeu de la concurrence fera baisser le prix de vente hors TVA des produits fabriqués en France.
    En théorie il ne doit pas y avoir d’incidence sur les prix TTC, car la hausse de la TVA doit être compensée par la baisse du prix de vente hors taxes.
    Les produits fabriqués à l’étranger échappent à cette logique puisqu’ils ne bénéficient pas de cette baisse du coût du travail, mais cela est justement le but recherché qui est d’accroître la compétitivité des produits fabriqués en France aussi bien sur le marché français qu’à l’export.