Achat de brevet industriel ou vendre un brevet industriel ? C’est par ici

Contacter Commenter Site Web

Achat et vente de brevet industriel, ici c’est gratuit : acheter et vendre un brevet n’a jamais été aussi facile

6 raisons d’être référencé sur la plateforme dédiée

aux échanges entre inventeurs et investisseurs …

www.brevetavendre.fr

1) Présentez gratuitement vos brevets

avec une annonce visuelle et textuelle dans la

rubrique ” Brevets à vendre ” jusqu’au 30 juin 2009

2) Vendez vos produits

dans la rubrique “ Boutique des inventions * ”

3) Vos inventions sont également visiblent sur Internet

pour que les particuliers puissent les acheter

4) Echanger vos contacts,

partagez vos connaissances, dans un esprit

win to win “ sur notre forum


5) Les investisseurs ont accès à

la base de données des inventeurs*

6) Nous vous tenons informé quotidiennement de l’actualité

qui touche le domaine des inventions et brevets industriels

achat brevet industriel,vendre brevet industriel,achat brevet,vendre brevet,vente brevet,acheter brevet

Plus d’infos sur www.brevetavendre.fr

3 commentaires à “Achat de brevet industriel ou vendre un brevet industriel ? C’est par ici” - Cliquez-ici pour commenter.

  1. Messieurs, bonjour
    Ex directeur de travaux du BTP et du GC, Retraité maintenant, j’ ai eu l’opportunité d’utiliser de nombreux types de coffrage existants dans le monde du BTP et du Génie Civil. J’ai constaté que dans la majorité des cas (je ne citerai pas de marques par déontologie professionnelle), ces coffrages se divisaient en 3 catégories, comme en boxe : A) les poids lourds, B) les poids moyens, C) les poids légers.
    Pour la catégorie poids lourds, leur poids se situe entre 110 et 200 kgs/M2 . Pour les poids moyens, entre 80 et 100 kg/M2, pour les poids légers, entre 40 et 79 kg/M2. (Leur résistance à la pression en pied est de l’ordre de 4 à 7,5 tonnes/M2 suivant leur conception). Leur durée de vie est limitée à leurs qualités et surtout à leurs défauts.
    Tous ces types de coffrages nécessitent des grues ou des engins de levage adaptés à leurs caractéristiques techniques ( lourds et onéreux à l’achat ou en location). En outre ils exigent une main d’œuvre spécialisée, pas toujours disponible en certains pays en voie de développement. Et pour clôturer avec d’autres caractéristiques, ils nécessitent souvent des ragréages et des enduits de finition. Leur durée de vie est de 200 réemplois pour les lourds et les moyens avec de nombreuses interventions et réparations en atelier ou des remplacements de la face coffrante souvent en contreplaqué bouleau finlandais, ne dépassant guère 50 réemplois (25 par face), pour les plus légers.
    Au cours d’un déplacement à KANSAS CITY (USA), ville célèbre pour ses usines de coffrages en alu tous fabriqués suivant la même conception. J’ai eu l’opportunité de visiter l’une d’entre elles et ai découvert un univers insoupçonné de possibilités. Ces coffrages tout aluminium particulièrement séduisants, étaient constitués d’un cadre alu renforcé par des raidisseurs incorporés, et une tôle aluminium soudée sur son pourtour suivant les procédés Mig et Tig. Une telle usine utilise un investissement financier dépassant tout entendement avec un nombre considérable de machines de découpe, d’assemblage et de soudage et d’une surface de stockage impressionnante. Bien entendu, elles nécessitent aussi un personnel hautement qualifié et compétent.
    Donc pendant ma visite dans cette région, j’en ai profité pour visiter quelques chantiers où ces coffrages aluminium étaient utilisés. L’aspect au décoffrage était impeccable, mais il existait un inconvénient majeur qui était celui de liaisonner les faces coffrantes avec 6 fers plats en acier (de 2mm d’épaisseur par 5 cm de hauteur), chaque mètre de hauteur . Chaque entretoise possédait 2 amorces de rupture en V à chaque extrémité, c’est pourquoi un mur de 6.00m de long x par 3.00m de hauteur, nécessitait de prendre en compte le coût de 49 entretoises à casser aux 2 extrémités et bien entendu 49 rebouchages au technicoat par face de mur et nécessitait en outre l’utilisation d’ un outil spécial pour les briser et surtout ces fameux masticages , soit 6 au M2 de 2mm x 5 cm x l’épaisseur de la paroi. (Avec en + le risque de création de ponts thermiques et phoniques causés par les plats traversants noyés dans le béton).
    En outre, les chocs sur ces panneaux, inévitables en chantiers, les déformaient complètement et nécessitaient leur rapatriement en usine pour les redresser en les passant au marbre.
    Alors l’idée de créer un coffrage totalement en alu, mais à base de profilés, s’emboitant les uns aux autres, m’a traversé l’esprit. J’ai rencontré des techniciens PECHINEY et leur ai exposé mon idée. Ils ont trouvé mon projet séduisant et à partir de là, je me suis attaché à réaliser un premier brevet de coffrages en aluminium par profilés que j’avais appelé BANCHALU
    Ce système de profilés s’ assemblant les uns aux autres par un tube carré en alu et l’emploi de tiges d’écartement DIWIDAG, ARTEON ou similaire avec oreilles à pas rapide, prenant appui sur des raidisseurs et passant à travers un cône d’écartement (Laroche ou similaire)ou un tuyau plastique, restait dans le cadre d’une mise en œuvre classique et traditionnelle, mais réduisait le temps de mise en œuvre de prés de 20 minutes par M2 et éliminait du coup cette corvée exigée par les écarteurs américains. En outre en cas d’accident sur un profilé, l’enlèvement d’un profilé est un jeu d’enfant car il coulisse comme le couvercle d’un plumier d’écolier et on le remplace sur place par la pose d’un autre profilé neuf sans nul besoin de rapatrier le panneau à l’atelier pour le redresser.
    Bien sur la rédaction des pièces du brevet, l’aide des spécialistes et professionnels, les dépôts de brevet en tous pays et leur traduction, n’a pas été sans m’occasionner des frais élevés : Prés de 400.000 francs, valeur 1987 + 50.000 francs pour la fabrication d’un prototype destiné à présenter mon coffrage à BATIMAT PARIS.
    Ma satisfaction fut d’obtenir la médaille de bronze de l’innovation à Batimat Paris et deux ans plus tard la médaille d’or des techniques nouvelles au Salon International de GENEVE. .
    Voilà, je reste à votre disposition pour tout autre renseignement qu’il vous plairait de me demander
    Courtoise considération
    PIERRE SALAS
    @ : salas-pierre@bbox.fr

  2. Quelques lignes pour dire que ce site internet traitant de la propriété industrielle me paraît pour le moins “curieux”.

  3. Vente de brevet pct international soit sous forme de redevance ou autres…
    Produit station d’épuration à culture fixée sur lit bactérien immergé.
    Production Mazamet TARN 81.
    Contact par mail souhaiter:
    mgc.gardin@hotmail.fr